Loi NOTRe : l'autre tentative de coup de force !

Publié le par Gaylord Le Chequer

Loi NOTRe : l'autre tentative de coup de force !

Communiqué de Gaylord LE CHEQUER

Adjoint au Maire de Montreuil délégué à l'aménagement durable et à l'urbanisme Président du groupe des élu-e-s Front de Gauche à Montreuil
Membre du Bureau National de l'ANECR

Alors que le gouvernement, mis en minorité sur son très libéral projet de Loi Macron, vient de faire le choix du passage en force en dégainant le 49-3 lui permettant ainsi de contourner les députés de sa propre majorité, voici que Razzy Hammadi s'y met lui aussi en déclarant vouloir déposer un amendement au projet de loi NOTRe (texte portant nouvelle organisation territoriale de la République) actuellement en débat au Parlement, pour "remonter la définition du PLU au niveau de la métropole".


Ce faisant, le Député entend "revenir à l'esprit initial de la loi sur la Métropole du Grand Paris" pourtant rejetée par 94% des élus, de toutes sensibilités, de la mission de préfiguration.


Cette décision prise dans les salons feutrés du Palais Bourbon est en totale contradiction avec l'exigence démocratique manifestée par nos concitoyens. Ces derniers aspirent à pouvoir agir sur leur environnement et leur cadre de vie comme en atteste, par exemple, l'engouement des Montreuilloises et Montreuillois à s'investir pour la définition des projets urbains de leur ville.


Par cet amendement, le député entend priver de leurs droits les citoyens et les élus locaux pourtant fins connaisseurs de la réalité de leurs territoires. Il entend reléguer les maires au rôle de simples gestionnaires de décisions prises loin de tout.


Monsieur Hammadi devrait faire davantage confiance à l'esprit constructif et d'innovation de nos concitoyens et de leurs élus locaux plutôt que de chercher à nous enfermer dans une technostructure éloignée des réalités de nos territoires.


La lutte contre les ségrégations territoriales passe par un renforcement des moyens accordés aux collectivités et un plus grand soutien aux maires bâtisseurs, pas par un tel déni de démocratie !

Commenter cet article