Vote des agents sur la convention COS / Ville de Montreuil : Un camouflet démocratique pour l'élue au personnel

Publié le

Communiqué de presse des élus

Rassemblement de la Gauche Citoyenne et Parti de Gauche

 

Danièle CREACHCADEC, Gaylord LE CHEQUER et JULIETTE PRADOS

 Image1-copie-3 

 

VOTE DES AGENTS SYNDIQUES DE LA CGT

SUR LA CONVENTION COS / VILLE DE MONTREUIL :

 

UN CAMOUFLET DEMOCRATIQUE POUR L’ELUE AU PERSONNEL

 

 

Soucieux de semer la zizanie et la division dans les rangs du personnel communal particulièrement soudé et remonté face à la décision municipale de remettre en cause le soutien de la ville accordé aux Œuvres Sociales, l’élue en charge du personnel et le service presse de la mairie se sont empressés, au terme d’une série de rencontres avec les organisations syndicales, à faire croire que les syndicats auraient « topés » dans la main de la maire, celle-là même qui entend sabrer la subvention accordée au Comité des Œuvres Sociales.

 

Dans la presse locale mais surtout, dans un reportage diffusé sur la chaîne de télé locale, l’élue au personnel, le sourire un brin narquois, un brin arrogant, déclare, à la place des syndicats eux-mêmes, qu’ils auraient donné leur accord pour signer une convention qui laisse pourtant tout le monde particulièrement circonspect. Le trouble ainsi semé parmi les agents syndiqués - et au-delà - avait pour vocation d’ébranler et de fissurer le front commun qui s’oppose aux basses manœuvres municipales. Opération ratée !

 

En agissant de la sorte, Dominique VOYNET et les élus de sa majorité utilisent les mêmes méthodes que Nicolas SARKOZY lorsqu’il refuse le dialogue avec les syndicats sous prétexte de parler avec « les vrais salariés » ou encore qui accuse les syndicats de faire de la politique. En mettant en cause les dirigeants du COS, en parlant au nom des syndicats Dominique Voynet et son élue au personnel endossent les habits de ceux que nous devrions pourtant combattre ensemble.

 

Cette propagande n’aura pas résisté au vote démocratique qui a été organisé hier, par la CGT. Consultés sur le projet de convention qui entérine la baisse massive de la subvention municipale aux Œuvres Sociales, les agents ont très majoritairement rejeté ce texte que la Maire entend faire voter par le Conseil municipal de la fin Mars.

 

L’élue au personnel a voulu prendre ses rêves pour des réalités. Le vote d’hier soir sonne comme un rappel à la raison.

 

Affaiblir le COS, tenter de décrédibiliser les organisations syndicales pour imposer ses vues atteste encore et toujours des clivages idéologiques et politiques qui existent entre nous et la majorité municipale. Ces méthodes ne grandissent pas la démocratie sociale à laquelle les élus Front de Gauche que nous sommes, avec nos camarades du groupe communiste, sont particulièrement attachés.

Publié dans Communiqués de presse

Commenter cet article