Un mauvais jeu de chaises musicales au Conseil municipal

Publié le

 

RGC logoWEB 

COMMUNIQUE DE GAYLORD LE CHEQUER

 

Président du Rassemblement de la Gauche Citoyenne

Président du groupe des élus Rassemblement de la Gauche Citoyenne

 et Parti de Gauche au conseil municipal de Montreuil

 

Le nouvel épisode d’un mandat particulièrement chaotique qui pose clairement la question de la légitimité de Dominique VOYNET à la tête de la ville

 

 

Contrairement à la manière dont les choses ont été posées hier soir à l’occasion du Conseil municipal, la démission du Premier adjoint et le jeu de chaises musicales qui s’en est suivi n’est pas un problème de personne ou un problème d’ajustement technique. Pas plus hier qu’à l’occasion de la démission quelques mois auparavant de 10 autres élus de la majorité. Le problème, comme cela a été dit dans un article du Parisien de ce jeudi, c’est que l’équipe de Mme VOYNET n’est «plus comprise par la population » et qu’«  il n’y a pas de cohérence politique » à la tête de la ville.

 

Le 16 mars dernier marquait le 3ème anniversaire de l’élection de madame Voynet et force est de constater que ni les désaffections au sein de la majorité, ni la défaite de la candidate présentée par la majorité aux élections cantonales, ni nos alertes répétées depuis le début du mandat sur le risque de coupure entre son équipe et les Montreuillois n’ont eu raison d’un entêtement politique déroutant.  

 

Dominique VOYNET ne parvient pas à consolider sa majorité malgré cette volonté chevillée au corps de nier, de réécrire ou encore de caricaturer le passé ou ses contradicteurs. La résurgence d’un discours anticommuniste, anti Mélenchon ou encore anti Bartolone (jusqu’au changement de posture à la veille du second tour des cantonales pour sauver la candidate de la majorité) témoigne de cette volonté d’exister par la confrontation et l’affrontement plutôt que par la construction de perspectives politiques rassembleuses. 

 

Cet évènement, est la traduction de la poursuite de l’isolement de madame VOYNET. Dans de telles circonstances, nous aurions pu l’imaginer en proie aux doutes et aux remises en question sur ses pratiques et ses décisions. Force est de constater que c’est tout le contraire qui est en train de se passer. La citadelle assiégée se replie sur elle-même.

 

Comme j’ai eu l’occasion de le dire, en à peine 3 ans de mandat nous avons face à nous un système bloqué, basé sur la méfiance, la suspicion et sur la défiance. Un système usé et de fin de règne.

 

Le vote d’une délibération en Conseil municipal pour remplacer les démissionnaires ne nous concerne pas et offre aux Montreuillois un spectacle démocratique plus que navrant. Elle n’est qu’un mauvais jeu de chaises musicales où, bientôt, les chaises seront plus nombreuses que les élus de la majorité.

 

Notre groupe n’a pas souhaité participer à ce vote et pour ma part, je pose très clairement la question de la légitimité de madame VOYNET à continuer d’assumer la responsabilité de maire et de gérer notre ville. Elle devrait avoir le courage de tirer les enseignements de ce qui se passe.

 

Pour ce qui nous concerne, nous avons à cœur de redonner à Montreuil une majorité cohérente, opérationnelle, effectivement légitime et assise sur des valeurs partagées.

Publié dans Communiqués de presse

Commenter cet article

Thierry Berkover 13/05/2011 12:33


Bon, quand est-ce qu'on défile dans Montreuil avec des pancartes "Dégage !" ?
Et une pétition pour ramener à la raison (à la maison !) l'équipée aventureuse qui commence à faire office de squatters à la mairie ?