Situation des "Sorins" : JC NEGRE et B BEDREDDINE nous répondent

Publié le

Le 1er décembre, Danièle CREACHCADEC et Gaylord LE CHEQUER interpelaient les Conseillers Généraux de Montreuil au sujet de la situation dans laquelle se trouvent plongés plus de 200 hommes, femmes et enfants expulsés de la rue des Sorins.

 

Nous venons de recevoir la réponse de Jean-Charles NEGRE et de Bélaïde BEDREDDINE, Conseiller généraux Front de Gauche, que nous rendons publique ci-dessous ainsi que leur communiqué. Nous accueillons tout à fait positivement l'idée avancée par les deux Conseillers généraux d'une table ronde à laquelle nous sommes prêts à participer.

 

Par ailleurs, nous maintenons nos 6 propositions d'actions concrètes qui permettront de sortir de cette situation le plus rapidement possible.

 

 

 

 


 

Image1-copie-16.png

 

Madame, Monsieur les Conseillers municipaux,

 

 

Vous nous avez écrit au sujet de  la situation  des personnes résidant dans des conditions  très difficiles au stade André Blain, effectivement propriété du Conseil général. Comme vous le savez, depuis leur première expulsion de l’imprimerie de la rue des Sorins, nous nous sommes mobilisés pour que ces familles puissent retrouver un toit.


Nous regrettons que d’expulsion en expulsion, ces personnes se retrouvent aujourd’hui sur ce terrain de sport sans aucune concertation avec le département.

 

La situation perdure en créant en ce début d’hiver des conditions de vie insupportables et nous restons pleinement attentifs et vivement préoccupés par l’évolution de la situation de ces personnes  sous la menace d’une expulsion et à laquelle nous sommes opposés.

 

Au regard du contexte hivernal et de conditions d’hygiène et de sécurité insuffisantes, nous restons attentifs à ce que les Pmi comme les centres de santé à Montreuil exercent une vigilance sanitaire particulière sur ces familles.

 

Dès à présent, nous en appelons au Préfet  pour qu’une table ronde puisse se tenir à son initiative et sans délai et en présence de tous les acteurs institutionnels et des représentants des résidents afin que des solutions durables, seules à même de mettre un fin à l’errance des personnes et des familles, puissent être trouvées.

 

Enfin, nous vous transmettons ci-joint le courrier que nous adressons au troisième conseiller général de Montreuil, Frédéric MOLOSSI, pour lui proposer de se joindre à nos efforts.

 

Nous vous prions de croire, Madame, Monsieur, les Conseillers municipaux, à l’expression de nos meilleurs sentiments.

 

 

Jean-Charles NEGRE                                             Belaïde BEDREDDINE

Vice-président du Conseil général                         Conseiller général de

  de la Seine-Saint-Denis                                   Montreuil du Canton ouest.

Conseiller général de Montreuil

du Canton est.

 

 

 

Copie à Claude Bartolone, Conseil général de la Seine-Saint-Denis.

 

 


 

Communiqué de Jean-Charles NEGRE et Bélaïde BEDREDDINE

Conseillers Généraux Front de Gauche

 

 

 

 

« A Montreuil, 200 personnes vivent sous tentes plantées sur un terrain de football appartenant au Conseil Général de la Seine Saint Denis.

 

En juillet, squattant une imprimerie désaffectée rue des Sorins dans le Bas- Montreuil, ils ont été expulsés une première fois avec le feu vert de la municipalité de Dominique Voynet pour finalement, d'expulsion en expulsion, se retrouver sur ce terrain de sport sans aucune concertation avec le département;

 

Aucune solution humaine et décente n’est aujourd’hui proposée. Une nouvelle expulsion serait pour nous inconcevable : il est plus que temps de chercher et de trouver des solutions d’hébergements durables et de mettre en place un dispositif d’accompagnement spécifique.

 

Pour mettre un terme à l’errance de ces familles et leur permettre de vivre sous un toit et dans la dignité, nous en appelons à l’engagement de l’Etat et de son représentant dans le département, pour présenter des propositions d’hébergements relevant de sa responsabilité.

 

Nous sollicitons, sans délai, la tenue d'une table ronde à l’initiative du préfet, mobilisant tous les acteurs institutionnels : la ville de Montreuil, le Conseil Général ainsi que les représentants des personnes concernées.

 

Cette situation n’a que trop duré, toutes les énergies doivent se mobiliser pour trouver une issu respectueuse de la dignité humaine » 

Commenter cet article