Scolarisation des enfants porteurs de handicap : Danièle Créachcadec interpelle Dominique Voynet

Publié le

RGC logoWEB

Montreuil, le 2 novembre 2010

 

 

 Dominique Voynet

                                                                                                         Maire de Montreuil

                                                                                                         Hôtel de ville

                                                                                                         93100 MONTREUIL

 

 

 

            Madame la maire

 

 

En complément de la question orale posée à l’occasion du conseil municipal du 13 octobre dernier concernant la politique municipale en matière de prise en charge des personnes porteuses de handicap et dans la perspective de la réunion prochaine de la Commission Communale pour l’Accessibilité aux Personnes Handicapées (CCAPH), nous souhaitions attirer votre attention sur la scolarisation des enfants en situation de handicap dans notre ville .

 

Les seuls chiffres qui soient actuellement disponibles sont ceux issus des services de la santé scolaire et de la Maison Départementale du Handicap (MDPH). D’après les données existantes, nous savons qu’environ 230 enfants handicapés sont scolarisés à Montreuil, de la maternelle au lycée. A ce jour, toujours selon la MDPH, le nombre d’enfants contraints de rester à domicile faute de solution scolaire ou médicosociale reste particulièrement élevé. Nous savons aussi qu’il y a à Montreuil des enfants dont la scolarisation est hypothéquée par l’absence d'auxiliaires de vie scolaire. Enfin, il y a aussi certainement sur notre territoire, un certain nombre d’enfants en situation de handicap en âge d’être scolarisés et inconnus de tous les dispositifs.

 

C’est pourquoi il semble important - comme cela avait été proposé lors de Commission Communale pour l’Accessibilité aux Personnes Handicapées de décembre 2009 - de communiquer largement et au premier chef dans « Tous Montreuil » et sur le site de la ville le numéro azur national « aide handicap école » ( 0810 55 55 00 ), ce qui permettrait aux familles de trouver une première écoute, un premier contact pour sortir de leur isolement.

 

Une autre possibilité d’accueil, d’informations et de soutien offerte aux familles était l’accompagnement proposé par le chargé de mission handicap de la ville de Montreuil. Ce poste est vacant depuis le 1er septembre dernier et il n’y a pas, à notre connaissance, de mesures prises par la ville pour pourvoir ce poste alors que les missions assurées jusqu’alors nous paraissent indispensables.

 

Par ailleurs, la Commission Communale pour l’Accessibilité aux Personnes Handicapées de décembre 2008 avait proposé l’organisation « d’assises de la scolarisation des enfants handicapés » dont il n’a plus été question depuis. Cette initiative pourrait être l’occasion de faire un état des lieux précis et d’agir à différents niveaux et nous pensons là plus particulièrement au niveau politique et parlementaire.

 

Dans le cadre du groupe de travail composé de différents acteurs concernés ou intéressés par la cause du handicap et chargé d’enrichir les travaux de la CCAPH, une commission a travaillé sur ce sujet et vous a adressé plusieurs courriers toujours sans réponse à ce jour.

 

Madame la maire, des idées, des propositions et des solutions existent afin d’améliorer le sort de nombreux enfants et de leurs familles. Dans le cadre de la prochaine réunion de la Commission Communale pour l’Accessibilité aux Personnes Handicapées, il serait intéressant qu’un certain nombre de réponses concrètes puissent être apportées sur toutes ces questions.

 

Espérant pouvoir compter sur une réponse de votre part et dans l’attente de pouvoir vous lire, recevez, madame la maire, l’expression de nos sentiments respectueux.

 

 

Danièle Créachcadec

Conseillère municipale

(Rassemblement de la gauche Citoyenne)

Commenter cet article

DA SILVA 21/01/2011 19:33


Votre article me parle, bien evidemment, maman d'un enfant porteur d'handicap, je me retrouve confronté au probleme de non scolarisation de mon fils.
apres avoir battaillé, une EVS a été nomme, mon enfant a pu etre scolarisé mais le probleme se pose aussi quand celle ci est en arret maladie.
aucun programme de remplacement n'est mis en place, l'enseignant referant ne sais que repondre et montre son incapacité a pouvoir resoudre le probleme. nous sommes laissé pour compte et qui en paie
le prix? nos enfants a qui ont refuse la scolarisation.
mon fils se bat de jour en jour contre une maladie orpheline, je n'aurais jamais pensé qu'il devrait se battre egalement pour avoir le droit a la scolarisation, un droit donné a tous....ou presque.