Rapport de la CRC sur le COS : prendre acte et faire confiance aux élus et personnels pour l'avenir

Publié le

RGC logoWEB

 

Rapport de la chambre régionale des comptes sur la gestion du comité des œuvres sociales du personnel : il faut prendre acte et faire confiance aux élus du COS et aux personnels eux-mêmes pour tirer les conséquences et apporter les corrections nécessaires.

 

Le 9 décembre 2011, avec l’ensemble des groupes de la minorité, nous prenions connaissance de nombreux articles et de nombreuses interviews données par Dominique VOYNET mettant en cause la gestion du Comité des Œuvres Sociales et, plus grave encore, certains de ses responsables. Dans le collimateur de la maire : la CGT territoriaux (majoritaire en sièges au sein du conseil d’administration du COS) à laquelle elle reprochait de trop soutenir le millier d’agents municipaux descendus dans les rues de Montreuil pour défendre leurs conditions de travail mises à mal depuis une réorganisation des services aux forceps.


Pour régler ses comptes et affaiblir son adversaire déclaré, la maire a choisi la vindicte populaire en diffusant à la presse un document interne pointant des irrégularités supposées dans la gestion et la gouvernance du COS. L’affaire était trop belle pour ne pas la faire mousser ! La CGT se trouvait ainsi mise en cause et salie alors que personne ne peut ignorer que la gestion et l’animation du COS sont placées sous le contrôle d’administrateurs d’autres organisations représentatives du personnel mais aussi d’un représentant de la maire… qui a oublié de siéger la plupart du temps.

 

Pour notre part, et comme nous l’écrivions alors, nous avons clairement dénoncé la méthode employée tout en précisant que « nous attendrons les conclusions de la Chambre Régionale des Comptes ».

 

Cette dernière a rendu son rapport. Il nous a été présenté en séance du conseil municipal jeudi soir. Nous prenons acte des faits qui y sont exposés et dont certains attestent de graves dysfonctionnements auxquels il appartient désormais au Conseil d’administration du COS de mettre fin. Nous faisons pleine confiance aux élus du COS et aux personnels de la ville pour apporter les corrections nécessaires et pour consolider les missions du COS dans l’intérêt de tous.

 

C’est au COS, à ses élus et aux personnels de la ville eux-mêmes de décider de l’avenir et des suites. La ville, peut formuler un avis, si le représentant de la maire retrouve le chemin du Conseil d’administration du COS, mais ce n’est certainement pas à la ville de dicter et d’imposer sa feuille de route.

 

Après bientôt 6 années d’un dialogue social désastreux nous veillerons, dans le prochain mandat et avec la nouvelle majorité que nous entendons mener, à rétablir un climat de confiance et de respect du droit d'expression syndicale. Nous mettrons fin à ce système de tribunal populaire et médiatique qui n’a que trop duré.


Nous renouvelons aux organisations représentatives du personnel notre totale confiance pour faire vivre et développer cette belle instance née il y a plus de 45 ans à l’initiative de la CGT. 

 

Publié dans Communiqués de presse

Commenter cet article