Pourquoi les élus quittent la séance du conseil municipal de Montreuil

Publié le

log.png

 

POURQUOI LES ELUS QUITTENT LA SEANCE DU CONSEIL MUNICIPAL ?

 

INTERVENTION D’ALEXIE LORCA

POUR LES ELUS SOCIALISTES,

RASSEMBLEMENT DE LA GAUCHE CITOYENNE

ET PARTI DE GAUCHE

 

 

Madame la maire,

 

Vous nous avez envoyé un mail sur nos boîtes mairies, ce jour à 12h47, pour nous informer de votre décision de changer l’ordre du jour de ce conseil municipal. Cette décision, vous l’avez prise seul, six heures avant le Conseil municipal. Et elle est de taille, puisqu’il s’agit ni plus ni moins de reporter le débat sur le budget 2011 et de le remplacer par un débat sur les centres de santé. Je vous cite :

 

« Saisie de plusieurs demandes d’intervention au Conseil municipal sur l’avenir des centres de santé, et soucieuse de ne pas empêcher un débat demandé à plusieurs reprises, je propose de modifier l'ordre du jour de la séance du Conseil municipal, pour permettre une suspension de séance, suivie d'un débat en Conseil. »

 

Cela fait des mois que vous avez été saisie de ces demandes madame Voynet, et vous décidez seule 6 heures avant le Conseil de cette suspension de séance. Le mois dernier, dans cette même enceinte, vous avez refusé la parole aux représentants de l’Association de défense des centres de santé et soudainement vous décidez que ce serait utile d’ouvrir le débat. Mais dans quel mépris tenez-vous les Montreuillois et les élus de la minorité ? Lundi 6 décembre, lors des commissions de préparation du Conseil, pas un mot sur cette suspension de séance. Ce lundi, lors de la conférence des présidents, pas un mot non plus. Pire, lors de cette même conférence, la suspension de séance demandée par le collectif des travailleurs sans-papiers de Montreuil a été refusée, au prétexte que l’ordre du jour était trop chargé.

 

Juste un mail, sur nos boîtes mairie que nous ne sommes pas censés consulter à chaque instant, juste un mail, à une heure où tous les élus de la minorité sont à leur travail.

 

Les groupes de la minorité réclament depuis des mois un débat sur la politique municipale de santé. Nous l’avons encore demandé au mois de novembre. En vain. Aussi, convier un tel débat à la hussarde comme vous nous l’imposez aujourd’hui, et alors que la municipalité vient  de prendre la responsabilité de fermer le centre de santé Voltaire est purement et simplement une pantalonnade.

 

Et puis, comment ne pas s’interroger sur les véritables raisons qui vous incitent à reporter le débat sur le budget, en imposant sans concertation une nouvelle date aux élus de la minorité ? Ces raisons sont-elles à ce point inavouables qu’ils vous faillent prendre en otage le débat sur les centres de santé ?

 

Ce report est un acte grave et inacceptable. Le vote du budget est un point essentiel de la vie d’une collectivité.

 

La décision unilatérale de la municipalité de modifier l’ordre du jour du Conseil municipal, de convoquer in extremis un débat sur la politique municipale de la santé et enfin la convocation sans concertation avec les élus d’un nouveau Conseil municipal en janvier sont autant de marques de mépris affichées par l’équipe municipale à destination des élus et donc à travers eux, des Montreuillois.

Nous assisterons à ce débat sur les centres de santé, par respect pour les Montreuillois que nous représentons et par respect pour les personnels de santé dont nous partageons le combat. Mais nous quitterons la salle, sitôt ce débat terminé. Compte tenu de votre intolérance et de votre mépris pour votre minorité et ses électeurs, nous vous laisserons le soin de traiter des points de l’ordre du jour seule, l’exercice démocratique étant devenu une mascarade dans cette assemblée.

 

Nous exigeons, par ailleurs, qu’une conférence des présidents soit convoquée dans les meilleurs délais.

 

Publié dans Communiqués de presse

Commenter cet article

Thierry Berkover 16/12/2010 23:36


Une proposition pour un futur ordre du jour : ouvrir un centre de santé spécialisé dans la Démocratie. Rien qu'avec les soins nécessaires pour Mme la maire, l'équilibre financier du centre serait
assuré !...
On pourrait y adjoindre un service d'urgence pour les cas semblables à celui du 16 décembre !