Politique sécuritaire et répressive :Notre conscience et les valeurs qui nous animent nous interdisent de nous taire

Publié le

GUC PS PG PCF

 

COMMUNIQUE DE

 

Gaylord LE CHEQUER - Président du groupe des élus Gauche Unie et Citoyenne

Alexie LORCA - Présidente du groupe des élus socialistes

Juliette PRADOS - Conseillère municipale Parti de Gauche

Jean-Jacques SEREY - Conseiller municipal Parti Communiste Français

 

 

Politique sécuritaire et répressive :

Notre conscience et les valeurs qui nous animent nous interdisent de nous taire

 

 

 

Elus locaux, engagés à Montreuil au sein d’organisations politiques, d’associations ou de collectifs qui oeuvrent au quotidien pour la défense des droits humains et sociaux de nos concitoyens quelles ques soient leurs origines, leurs opinions, leurs croyances ou non-croyances, nous ne pouvons plus supporter la cynique surenchère sécuritaire et répressive à laquelle se livre le Président SARKOZY épaulé par quelques complices zélés de sa majorité et au-delà. Depuis le début de l’été et en particulier depuis le discours présidentiel de Grenoble, la politique sarkoziste a pris un tournant nauséabond qui jette en pâture des catégories entières de population : Roms, gens du voyage, parents d’enfants délinquants, Français d’origine étrangère sur lesquels pèserait la menace d’être déchus de leur nationalité rompant ainsi avec la Déclaration Universelle des Droits de l’Homme qui reconnaît à chacun de pouvoir se prévaloir de tous les droits et de toutes les libertés sans distinction aucune, notamment de race, d'origine nationale ou sociale.

 

Nous ne sommes pas dupes de la volonté de Nicolas Sarkozy de détourner, ainsi, l’attention des Français des affaires financières qui touchent ses plus proches amis politiques ou des mauvais coups qu’il porte et s’apprête à porter encore à notre système de solidarité et de protection sociale hérité du Conseil National de la Résistance. Notre vigilance et notre engagement ne seront pas détournés par les gesticulations présidentielles qui ne sont que la traduction de l’échec patent de sa politique et de sa volonté de capter les voix du Front national pour œuvrer à sa réélection en 2012. Nous serons dans la rue le 7 septembre pour le faire savoir à l’occasion de la manifestation unitaire de défense de nos retraites.

 

Notre conscience et les valeurs qui nous animent et qui justifient notre engagement politique et citoyen nous interdisent de nous taire et de laisser faire ce qui conduit à mettre en péril la paix civile et à stigmatiser des millions de personnes en raison de leurs origines ou de leurs situations sociales.

 

A Montreuil, comme ailleurs en France, cette politique se traduit par la chasse aux travailleurs sans-papiers, par l’exclusion de familles entières de l’accès aux droits fondamentaux, à l’école, au logement ou encore à la santé. Cet été, les Roms ont été particulièrement ciblés avec une insupportable mise en scène médiatique organisée depuis l’Elysée et la place Beauvau. C’en est assez ! Rien ne peut se régler à coup d’expulsions spectaculaires, de démontages de campement, pour les journaux télévisés du soir qui laissent le lendemain matin les collectivités territoriales affronter, seules, les conséquences de ces expulsions.

 

En notre qualité d’élus municipaux, nous sommes interpellés par des organisations et citoyens montreuillois signataires d’une déclaration faisant suite aux expulsions de l’été. Nous soutenons sans réserve l’exigence formulée pour la tenue d’une conférence régionale de l'ensemble des collectivités et associations sur la question de l’accueil des familles Roms en Ile de France. Nous soutenons la proposition d’une saisine des parlementaires français et européens pour une action à l’échelle de l’Europe et des États qui la composent. Deux exigences que nous portions dès juillet 2008, au lendemain du dramatique incendie d’un squat de la rue Dombasle.

 

Pour ce qui est de la France, au-delà de la proposition formulée dans ladite déclaration en faveur de la mise en place d’une politique d’accueil, d'insertion, nous soutenons la proposition de notre collègue Jacques SALVATOR, maire d’Aubervilliers, en faveur d’une « politique publique nationale » qui permettrait de rappeler à leur devoir de solidarité les villes qui se défaussent trop facilement sur leurs voisines.

 

Enfin, à Montreuil, si nous soutenons les principes qui ont conduit la municipalité à mettre en place une maîtrise d’œuvre urbaine et sociale (MOUS-Roms), nous continuons à demander une évaluation de cette MOUS, afin de permettre d’apprécier les résultats obtenus pour les familles concernées au regard des moyens engagés.

 

A l’instar de Stéphane HESSEL, nous pensons que la gauche a l’impérieux devoir de « mettre au point une politique radicalement opposée à celle mise en œuvre par Nicolas Sarkozy. En matière de sécurité, il nous faut revenir à une politique réellement de gauche, tournée vers la proximité […]. D’autre part, il faut revenir complètement sur la politique d’immigration menée par messieurs Hortefeux et Besson. […] Voilà à mes yeux l’ébauche d’une politique intelligente que la gauche devra appliquer une fois revenue au pouvoir, sur la base d’une action sociale importante ».

 

Sans attendre 2012, nous appelons à la mobilisation de chacune et de chacun. Nous soutenons l’appel à la manifestation de samedi 4 septembre 2010, place de la République à Paris, à 14h00, afin de fêter le 140e anniversaire d’une République que nous voulons plus que jamais, libre, égale et fraternelle. Nous vous appelons à signer l’appel citoyen initié par l’ensemble des organisations qui appellent à la manifestation du 4 septembre.

 

 

Publié dans Communiqués de presse

Commenter cet article