P.L.U. "nouvelle mouture" : Ils se foutent du monde !

Publié le

RGC logoWEB

 

P.L.U. « NOUVELLE MOUTURE »…

ILS SE FOUTENT DU MONDE !


 


Le Conseil municipal de jeudi soir aura pour seul point à l’ordre du jour l’adoption, pour la seconde fois, de la délibération relative à la mise en œuvre du Plan Local d’Urbanisme. Le tribunal administratif, qui avait annulé la précédente délibération au début de l’été, avait en effet donné raison aux associations de défense et de protection des Murs à Pêches qui avaient notamment relevé l’absence de règles et de contraintes relatives à la hauteur, à l’implantation et à la densité des constructions à venir.

 

Aujourd’hui, la municipalité tente de minimiser les raisons de l’annulation de la délibération et cela afin de justifier sa décision de présenter un nouveau document à peine retouché et, comme à son habitude, absolument pas concerté.

 

Nous aurions pu imaginer que la municipalité aurait tiré profit de la situation née de l’annulation du PLU pour, enfin, ouvrir le débat et la concertation qui ont fait cruellement défaut tout au long de la phase préalable. La municipalité aurait pu profiter de l’occasion pour revoir un certain nombre de ses projets qui cristallisent mécontentements et exaspération légitimes de la part des Montreuillois. Eh bien non ! Ils se foutent du monde, ils continuent comme si de rien n’était.

 

Comble du cynisme, l’élu à la démocratie locale lui-même revendique le fait que les modifications apportées soient « restées mineures pour ne pas avoir besoin de concertation préalable ». Encore plus hallucinant : sur le fond, le même élu reconnaît les imperfections de ce document, en particulier sur le secteur des Mûrs à Pêches et du Bas Montreuil et d’expliquer non sans rire que c’est la raison pour laquelle il va être nécessaire de réviser le PLU… avant même qu’il ne soit adopté.

 

La municipalité est seule responsable de la crise actuelle. Elle n’a pas voulu tenir compte de nos alertes répétées tout au long des différentes phases d’élaboration du Projet d’Aménagement et de Développement Durable puis du PLU. En ne parlant pas, en n’associant pas les habitants au processus de mutation, de transformation de la ville qu’ils entendaient mener sous couvert de la légitimité issue du suffrage universel, ils ont ouvert plusieurs fronts de crises et de confrontations.


Quand il s’agit, comme c’est le cas en parlant d’urbanisme, de la production de logements, d’emplois, d’équipements, de services publics, d’aménagement du temps de loisirs, etc. bref, d’un cadre de vie conçu et imaginé pour rendre une ville toujours plus accueillante, plus solidaire, plus durable ; comment ne peut on voir à quel point il est essentiel de mettre l’humain au cœur de sa démarche, l'humain d'abord !

 

Aujourd’hui, en choisissant le passage en force, la municipalité manque une nouvelle fois l’occasion de renouer avec le dialogue et l’écoute des Montreuillois. Avec un tel entêtement, une chose est sûre, les Montreuillois sauront s’en souvenir en mars 2014… et nous aussi.


 

Gaylord LE CHEQUER

Président du Rassemblement de la Gauche Citoyenne

Conseiller municipal de Montreuil

Président du groupe Rassemblement de la Gauche Citoyenne et Parti de Gauche

Publié dans Communiqués de presse

Commenter cet article