Orientations budgétaires de la ville : un manque d’ambition et de détermination pour notre ville

Publié le

Image1-copie-3

 

INTERVENTION DE GAYLORD LE CHEQUER POUR LE GROUPE

 

 RASSEMBLEMENT DE LA GAUCHE CITOYENNE ET PARTI DE GAUCHE

 

DEBAT SUR LES ORIENTATIONS BUDGETAIRES

RELATIVES AU BUDGET 2011

 

 

Madame la Sénatrice maire,

Cher(e)s collègues,

 

Le débat d’orientations budgétaires de ce soir s’inscrit clairement, vous l’avez dit et nous le partageons, dans un contexte social et économique particulièrement critique pour un grand nombre de Montreuillois. Si comme vous, nous faisons le constat que les politiques de rigueur menées en France ne sont pas isolées des politiques menées dans de trop nombreux autres pays de l’union européenne (premier paragraphe de votre document d’orientations), permettez-nous de nous arrêter quelques instants sur ce point pour vous rappeler que ce n’est pas par l’opération du saint esprit.

 

En effet, à quoi bon ces larmes de crocodile ou les 4 pages de complaintes dans votre document d’orientation alors que la feuille de route et le cadre d’actions des dirigeants des pays de l’union ne sont que pure et simple déclinaison des orientations contenues dans le traité de Lisbonne, que nous avons retrouvées dans le traité constitutionnel européen de 2005 que bon nombre d’élus de votre majorité ont soutenu mordicus et votés ; se faisant, de fait, les complices de la politique de Barroso, le Président de la commission européenne. Je me souviens madame Voynet, de votre présence à Montreuil, pour un grand meeting en faveur du Oui au traité constitutionnel aux fondements libéraux.

 

Il y a quelque chose de l’ordre de la schizophrénie dans le fait de défendre la construction d’une Europe libérale dont les directives s’imposent aux états, tout en fustigeant les conséquences du libéralisme au plan national comme vous vous y attachés tout au long de 4 pages de votre document.

 

A l’inverse, tous les élus présents sur les bancs de la minorité ont clairement pris position par le passé, parfois même en se mettant en contradiction avec les consignes de leur parti comme en 2005. Vous semblez vouloir vous amuser à commenter des évènements microcosmiques, mais nous, ce que nous relevons c’est que sur le fond politique, tous les élus présents ce soir sur les bancs de la minorité ont en commun les mêmes valeurs et les mêmes idéaux. Ce qui nous conduit à mener les mêmes combats. 

 

Oui, le contexte de crise historique du capitalisme nous amène à en mesurer chaque jour les conséquences dramatiques pour nos concitoyens et pour la planète : chômage grandissant, aggravation des inégalités, difficultés financières pour des millions d'entre nous, démantèlement des services publics, crise d'importants secteurs industriels, dérèglement climatique, mise en danger des milieux naturels et des écosystèmes, recul des libertés publiques et de la démocratie, atteintes à l'indépendance des médias et de la justice, criminalisation des luttes sociales, dérive sécuritaire et xénophobe...

   

Mais face à un tel constat il faut contribuer à changer la donne et nous mettre en situation d'agir, avec d’autres, en faveur des transformations profondes que la situation de crise requiert. En fait de transformations profondes, à la lecture de votre document nous avons quelques mesures placébo, parfois intéressantes et utiles, souvent floues, mais qui ne sont pas à la hauteur du contexte. Placébo, car une partie de la ressource disponible et notamment celle provenant de l’importante hausse des impôts et des ressources fiscales complémentaires engrangées courant 2010, est consacrée à des opérations dispendieuses et à l’opportunité parfois contestable, plutôt qu’à l’investissement dans des politiques publiques capables de répondre aux besoins des populations les plus fragiles et qui subissent de plein fouet la politique gouvernementale.

 

Deux exemples viennent particulièrement illustrer le questionnement qui est le nôtre. A qui s’adresse la construction du parc aquatique que vous persistez à vouloir réaliser en nous annonçant, la poursuite des dépenses en 2011? Dans un contexte de crise n’y a –t-il pas incohérence à engager, au bas mot 15 millions d’euros pour ce projet alors que dans le même temps vous fustigez, à juste titre, le désengagement de l’Etat. Est-ce ainsi que vous prétendez (p.6) rationaliser les dépenses et peut-on raisonnablement présenter ce projet comme faisant partie des priorités ?

 

En matière de vivre ensemble, et sans remettre en cause la qualité de la programmation 2010, à qui s’adresse le bal de la Libération organisé sur le parvis de l’hôtel de ville ? A qui s’adressent les dépenses engagées pour la mise en place d’un système de location de vélo en longue durée qui peine à trouver son public et dont le coût pour la collectivité est loin d’être anodin ? A qui s’adresse la création d’un coûteux filet suspendu dans les arbres au détriment d’équipements de proximités dans nos quartiers ?

 

Nous devrions avoir à l’esprit ce constat, dressé par l’observatoire des inégalités qui révélait, le 28 septembre dernier, que la France comptait entre 4,3 et 7,8 millions de personnes pauvres en 2008 soit une augmentation de + de 500 000 entre 2002 et 2008. Un mouvement inquiétant surtout avec la progression combinée du chômage.

 

Parallèlement, le 27 octobre 2010 le même observatoire des inégalités mettait en lumière la réalité des inégalités de revenus dans notre pays et leur spectaculaire accroissement. A l’occasion de notre débat d’orientations budgétaires, il est dommage qu’aucune donnée précise ne nous soit transmise concernant Montreuil.

 

D’ailleurs, pas un mot en ce qui concerne la politique municipale en direction de la jeunesse alors que là aussi nous savons que la pauvreté touche 1,5 million de moins de 20 ans en France selon l’Insee. Cette pauvreté est la conséquence du bas niveau de revenus de leurs parents dû en particulier au chômage ou à la précarité de leur emploi. Cette réalité ne touche-t-elle pas de plein fouet les jeunes de plusieurs quartiers de notre ville ? Nous serons particulièrement attentifs et exigeants sur ce point à l’occasion de l’examen de votre budget pour 2011 pour que la politique de la jeunesse ne soit pas la grande oubliée.

 

Nous serons également particulièrement attentifs et exigeants sur une autre grande oubliée dans vos orientations, la politique de développement économique. C’était déjà le cas l’an passé mais une fois encore, quelle absence de dynamisme en la matière alors qu’il contribue au développement du territoire et de l’emploi.

 

Vous le voyez, en matière d’orientations et d’ambitions pour notre ville et ses habitants, nous ne percevons pas votre volonté politique de marquer une profonde rupture avec les orientations dominantes. Et, pour conclure, nous voudrions vous poser une série de questions très concrètes sur les esquisses de projets qui figurent dans votre document :

 

Page 7, vous mettez en valeur la création du Centre Local d’Information et de Coordination gérontologique. Une création que nous saluons mais qui ne nous renseigne pas sur le devenir du CCAS dont vous êtes en train de remettre totalement à plat les missions.

 

Page 7 toujours : Vous parlez de l’ouverture d’un nouveau Centre municipal de santé. Il serait plus sincère de parler d’un transfert puisque cette ouverture est le fruit de votre décision de fermer celui de Voltaire.

 

Page 8 : Au sujet du projet de réhabilitation du grand Hall, nous souhaiterions savoir quelles actions et quels contacts ont été pris avec les associations, les conseils de quartiers et le conseil des associations afin de les associer à la réflexion sur la nature de travaux et à terme sur l’utilisation de cet espace dont ils sont les principaux bénéficiaires.

 

Page 8 toujours, Au sujet des crédits de formation, vous dites vouloir inscrire une hausse des crédits alloués, pourriez vous nous indiquer le montant des crédits consommés en 2009 au bénéfice de quelles catégories d’agents ?

 

Concernant l’augmentation de la masse salariale, la hausse de 5,7% est-elle calculée sur la base du montant inscrit au BP 2010 ou sur la base du montant réel après les différentes DM ?

 

Concernant la création d’une mairie annexe au théâtre des Roches, que faut-il lire et comprendre ? Que celle-ci serait aménagée dans le théâtre ?

 

Page 9, comme l’an passé et vous ne consacrez que 3 lignes à la question relative à la construction de nouveaux logements sociaux en omettant dans le même temps de nous indiquer précisément le nombre de logements sociaux et très sociaux créés sur les 2 ans et demi de mandat sur les 1255 prévus par la convention d’équilibre habitat activité ? Question d’autant plus pressante que la délibération 8 de ce soir indique que 986 logements sociaux sont programmés, est-ce à dire qu’aucun logement social nouveau ne serait sorti de terre en 2 ans et demi ?

 

Au sujet des équipements nouveaux : nous sommes surpris de l’absence de données chiffrées concernant les quelques opérations énumérées alors que nous aurions aimé savoir dès à présent combien alliez-vous cette fois ci consacrer à la poursuite de votre projet de parc de loisirs ?

 

Page 10 enfin : si l’objectif peut-être louable, nous vous mettons en garde concernant la volonté municipale d’amener les associations subventionnées par la ville à mutualiser leurs offres, locaux et prestataires… L’autonomie des associations garantie par la loi de 1901 ne doit pas être un vain mot et le travail de concertation et de dialogue préalable avec les associations elles-mêmes, leurs dirigeants et salariés et avec le conseil des associations doivent être recherchés.

 

Dernier point concernant le « dialogue sur l’utilisation des fonds publics », nous nous étonnons de la disparition entérinée visiblement dans ce document d’orientation des enveloppes de quartiers et que rien ne soit entrepris en matière de budget participatif… projet pourtant régulièrement vanté dans le blog dans l’un de nos grands spécialiste de l’histoire romaine.

 

Vous l’aurez compris, nous aurons une lecture exigeante de votre budget 2011 dont nous pressentons déjà à la lecture de vos orientations qu’il manque d’ambition et de détermination pour notre ville.

Commenter cet article