Méliès vs Voynet : nos propositions pour sortir de l'impasse

Publié le

elus rgc

 

MELIES vs VOYNET

 NOS PROPOSITIONS POUR SORTIR DE L’IMPASSE

 

 

Depuis le 21 mai, date de notre première réaction à l’annonce publiée dans la presse du recrutement d’un nouveau directeur pour le cinéma municipal Méliès, les choses ne cessent de s’envenimer.

 

Nous continuons de penser que le débat qui nous anime, où devrait nous animer, dépasse la seule question de Stéphane GOUDET lui-même. La stratégie engagée consiste à personnaliser le débat et à livrer en pâture un individu en semant de ci de là des sous entendus lourds de sens (la Maire évoque ce matin dans le parisien des « conclusions très sévères » d’une enquête administrative diligentée). Nous confirmons publiquement notre position sur ce point. Si des évènements et des agissements graves sont intervenus il ne devrait pas être question de « sauver » tel ou tel agent mais bien de faire respecter le code du travail et les règles qui s’imposent à tous les agents de la fonction publique. On se souvient des accusations portées récemment contre un agent du complexe sportif Nouvelle France et justifiant - aux yeux de la Mairie - son licenciement avant que cette dernière ne fasse machine arrière toute et ne tente, depuis, de lui trouver un reclassement.

 

Toute cette agitation permet à la municipalité d’esquiver le débat de fond et d’esquiver les questions posées et qui ne trouvent toujours pas de réponse :  


Pourquoi une annonce de poste, rapidement retirée, annonçant le recrutement d’un nouveau directeur et incluant les missions de direction artistique ?

 

Pourquoi le conseil municipal n’a-t-il pas été consulté avant que ne soit décidé de transférer le Méliès à l’intercommunalité ce qui aura pour conséquence de priver la ville de la maîtrise de ce complexe et de son projet culturel ?

 

Ne fallait-il pas élaborer, valider collectivement, avec l’ensemble des acteurs concernés le projet culturel, le projet d’animation du futur Méliès avant de le céder à l’intercommunalité ? Cela était possible, Romainville l’a fait pour le Trianon.

 

Pourquoi les termes de la « négociation » avec UGC/MK2 qui attaquaient le transfert du cinéma municipal en cœur de ville n’ont-ils toujours pas été communiqués au conseil du cinéma, aux associations et aux élus ?

 

Il est grand temps de sortir cette situation et de ce climat délétère. Nous renouvelons donc nos propositions qui nous semblent raisonnables et de nature à apaiser la situation et à trouver une issue positive à ce conflit.

 

1 / Suspendre toutes procédures de recrutement et toute procédure de transfert de notre cinéma et de son personnel à l’intercommunalité.

 

2 / Organiser une table ronde avec l’ensemble des acteurs concernés pour travailler au projet de fonctionnement et d’animation du futur cinéma et en s’appuyant sur l’expertise des professionnels.

 

3 / A partir de ce projet, et en y associant l’ensemble des structures consultatives du personnel, travailler à un nouvel organigramme basé sur des missions clairement définies et réparties. Ce travail permettra de définir des fiches de postes qui ne laissent place à aucune ambiguïté, comme cela peut-être le cas aujourd’hui.

 

4 / Présenter, au Conseil municipal du mois de septembre, le projet culturel, projet de fonctionnement et d’animation du cinéma ainsi débattu et concerté.

 

5 / Faire valider ce projet par le Conseil Communautaire d’Est Ensemble nous permettant d’inscrire dans le marbre le futur statut du cinéma Méliès et donc de lever toute inquiétude sur son avenir.

 

Nous avions fait cette proposition il y a plusieurs mois déjà en séance du Conseil municipal. Si nous avions été entendus, peut-être n’en serions-nous pas là aujourd’hui. Avec ces propositions, personne ne se dédit et chacun garde la tête haute et s’engage à trouver une sortie de crise honorable.

 

Refuser le nécessaire débat serait, selon nous, une grave erreur qui ne ferait qu’envenimer encore la situation. 

Publié dans Communiqués de presse

Commenter cet article

Yannig Geffroy 12/01/2013 15:46

Le problème avec vos propositions c'est l'association renc'art et le conseil du cinéma, instances qui ont des prétentions sur l'organisation et le fonctionnement du cinéma qu'il faut sortir du
jeu.
Imaginez qu'un club de lecteurs et un "conseil" où siégeraient les auteurs et éditeurs de livres montreuillois prétendent ajouter leur grain de sel à l'organigramme et à la politique documentaire
des bibliothèques... bonjour les récupérations, les manipulations, les instrumentalisations et les trafics d'influence. Au fait, on ne serait pas en plein là dedans avec le Méliès?