Les services publics et l'école publique encore et toujours dans le collimateur de Sarkozy

Publié le

bandeaufdg -1-

elus rgc-copie-1

 

Les services publics, l’école publique encore et toujours

dans le collimateur de Sarkozy,
 

Ce soir et demain, le Front de Gauche, aux côtés des enseignants 

 

 

 

Hier soir encore, c’est à un véritable auto-satisfécit que s’est livré le Président de la République lors de son show télévisé. Ce matin, c’est l’ensemble de la machine UMP qui est mobilisée pour assurer le service après-vente. Même le MEDEF est venu prêter main forte pour se réjouir des engagements pris par Nicolas SARKOZY qui vont pourtant tous dans le sens de la régression et de la cure d’austérité imposée aux plus modestes.
 

Il n’aura échappé à personne qu’en matière d’emploi et de service public, le cynisme présidentiel est à son comble. A plusieurs reprises, Nicolas SARKOZY s’est réjoui d’être le Président qui a supprimé 160 000 postes d’agents de la fonction publique. A plusieurs reprises il s’est félicité d’avoir imposé le démantèlement des services publics, d'avoir imposé une révision générale des politiques publiques (RGPP), d’avoir été le Président du transfert de charges sur les collectivités, sans compensations financières leur permettant de faire face à ces obligations nouvelles.
 

 

Comment ne pas être révoltés face à cette débauche de mauvaise foi et de provocations ?


Demain, à l'appel de plusieurs syndicats, les enseignants manifesteront contre une nouvelle étape du projet de démolition sarkozyste qui vise, cette fois-ci, à imposer un projet de réforme relatif à l’évaluation des professeurs mais aussi à entériner les 14.000 nouvelles suppressions de postes programmées à la rentrée 2012.
 

L’école publique est dans le collimateur des libéraux. Leurs politiques aux effets dévastateurs se traduisent immanquablement par des fermetures de classe, par le non remplacement d’enseignants, par des classes aux effectifs surchargés, par le manque de formation des professeurs…


Avec le Front de Gauche, une fois encore, nous refusons la marchandisation de l’éducation. Nous refusons la suppression de la carte scolaire ainsi que l’autonomie des établissements et son école à deux vitesses. Nous refusons une éducation au rabais.


Avec Jean-Luc Mélenchon, candidat du Front de Gauche à l’élection présidentielle, nous portons un projet global de société, de transformation sociale, écologique et démocratique. L’Ecole, en tant que pilier de la République sociale, y prend toute sa place.


Les élus du Rassemblement de la Gauche Citoyenne seront présents, ce soir, aux voeux de Jean-Luc Mélenchon à la communauté éducative (Théâtre le Comédia, 4 boulevard de Strasbourg à Paris). Ils seront également, demain, avec les enseignants qui manifesteront à Paris pour une école de l’égalité et de l’émancipation qui, de la maternelle à l’université, assure la réussite de toutes et tous.

Publié dans Communiqués de presse

Commenter cet article