Les élus RGC/PG ne baissent pas la garde face aux violences faites aux femmes

Publié le

 

bandeaufdg -1-

VIOLENCES FAITES AUX FEMMES, CA SUFFIT !

 

GLC JP DC

DANIELE CREACHCADEC, GAYLORD LE CHEQUER ET JULIETTE PRADOS

CONSEILLERS MUNICIPAUX RASSEMBLEMENT DE LA GAUCHE CITOYENNE ET PARTI DE GAUCHE

 REPONDENT A l’APPEL DE LA MAISON DES FEMMES DE MONTREUIL

ET SERONT PRESENTS CE SOIR DE 18H à 19H, PLACE DE LA CROIX DE CHAVAUX

 

 

Comme le rappelle l’association « la maison des femmes de Montreuil», les chiffres parlent : en France, chaque année près de 200 femmes tuées par leur conjoint. 40.000 viols ! Dans le monde, chaque jour, des viols comme arme de guerre, des sévices, et des privations de liberté…


Membre du Front de Gauche et co-présidente du Parti de Gauche avec Jean-Luc MELENCHON, Martine BILLARD, députée de Paris, a été à l’origine d’un travail parlementaire collectif et pluraliste ayant abouti au dépôt et au vote courant 2010 d’une proposition de loi renforçant la protection des victimes et la prévention et la répression des violences faites aux femmes.

 

Cette proposition de loi faisait suite aux travaux de la mission d’évaluation de la politique de prévention et de lutte contre les violences faites aux femmes qui a dressé le constat du nombre important et de la gravité des violences dont les femmes sont victimes aujourd’hui en France. Toutes les violences de genre, c’est-à-dire celles qui sont commises spécifiquement à l’encontre des femmes et qui prennent leur source dans les inégalités persistantes entre hommes et femmes, ont été prises en compte. Tant les violences conjugales que les violences subies dans l’espace public, sur le lieu de travail ou les mariages forcés et les mutilations sexuelles ont été analysées.

 

De son côté, Marie GEORGE BUFFET, Députée Communiste de Seine-Saint-Denis, a plaidé pour l'adoption "à l'unanimité" d’une proposition de loi qu’elle a déposée sur le bureau de l’Assemblée Nationale pour porter à 10 ans la prescription dans les affaires d'agression sexuelle. 

 

Les élus Front de Gauche n’ont de cesse de manifester et d’agir pour, qu’enfin, les violences faites aux femmes soient reconnues pour ce qu’elles sont : des actes portant atteinte à la dignité de la personne humaine qui doivent donc être dénoncés et condamnés en conséquence.

 

A l’instar de leurs collègues parlementaires, Danièle CREACHCADEC, Gaylord LE CHEQUER et Juliette PRADOS, élus Front de Gauche à Montreuil, ne baissent pas la garde et participeront au rassemblement de ce soir, en mémoire de toutes celles qui sont décédées sous les coups à Montreuil et ailleurs, en solidarité avec celles qui sont injuriées, blessées,  violées, et  pour que notre société rejette ces crimes et change de regard sur les femmes et pour que leurs droits soient respectés.

Publié dans Communiqués de presse

Commenter cet article