Service public de la petite enfance, les élus RGC interpellent les parlementaires montreuillois : « Bolkestein » nuit gravement à l’épanouissement de nos enfants

Publié le

RGC logoWEB

 

COMMUNIQUE DE

Danièle CREACHCADEC et Gaylord LE CHEQUER

Conseillers municipaux de Montreuil

 

« Bolkestein » nuit gravement à l’épanouissement de nos enfants

 

A l’occasion de la nouvelle journée de mobilisation nationale initiée, demain 11 mars, par le collectif « Pas de bébés à la consigne », Danièle CREACHCADEC et Gaylord LE CHEQUER interpellent Jean-Pierre BRARD, Député et Dominique VOYNET, Sénatrice-maire, pour qu’ils apportent leur soutien concret aux professionnels et parents mobilisés depuis plus d’un an. En portant, simultanément, dans leurs assemblées parlementaires respectives, l’exigence de l’exclusion de la petite enfance du champ d’application de la directive européenne services, les parlementaires montreuillois apporteraient un appui appréciable aux revendications du collectif national.

 

 

Chacun a en mémoire les débats passionnés et passionnants qui ont accompagné l’entrée en vigueur de cette directive européenne de 2004, dite « directive service » ou « directive Blokestein », ainsi que sa transposition dans le droit français en décembre 2009.  C’est elle qui entérine la mise en concurrence des salariés, le nivellement de la protection sociale par le bas et applique à la lettre le principe de la concurrence « libre et non faussée ».

 

C'est au nom de cette directive que le gouvernement à fait voter, à sa majorité, l’application des seules règles du marché à des services aussi fondamentaux que la petite enfance et l'aide aux personnes âgées et handicapées.

 

Si certaines lois et surtout certaines directives européennes semblent souvent lointaines aux citoyens que nous sommes, il n’en reste pas moins que leurs conséquences concrètes se font sentir dans notre vie quotidienne. Dans le domaine de la petite enfance, la transposition de la directive Bolkestein dans le droit français se traduit par une diminution du taux d'encadrement mais surtout par une dégradation progressive de la qualité et de l'accessibilité de ce service public aujourd'hui soumis à la concurrence... En ce début 2011, la privatisation de l’accueil se poursuit du fait de l’essor des entreprises de crèches et des services à la personne. L’accès des enfants de 2-3 ans en maternelle est réduit à la portion congrue et la formation des enseignants sacrifiée.

 

C’est dans ce contexte que le collectif « Pas de bébés à la consigne » mène depuis plus d’un an déjà une formidable mobilisation des professionnels de la petite enfance et des parents pour la défense de la qualité d’accueil, collectif et individuel, des jeunes enfants.

 

Sous des formes variées, des résistances se sont manifestées contre des logiques de plus en plus comptables qui mettent à mal la qualité et la sécurité de l’accueil des jeunes enfants et le travail des professionnels.

 

Grâce au travail de conviction mené par les professionnels et les représentants du collectif local, les élus au Conseil municipal de Montreuil ont voté en juin dernier, à l’unanimité, un vœu rappelant que l’accueil de la petite enfance constitue un investissement pour l’avenir de notre société et que l’intervention publique apparaît comme un puissant levier de réponses aux besoins sociaux.

 

Le collectif « Pas de Bébés à la Consigne » engage aujourd’hui l’acte II de la mobilisation, et cela au moment où s’ouvre la séquence politique et sociale 2011-2012 où seront mis en débat les choix de société pour demain. A Montreuil, ce vendredi 11 mars, la quasi-totalité des crèches de la ville fermera ses portes dans le cadre d’une nouvelle journée d’action nationale.

 

Les élus et membres du Rassemblement de la Gauche Citoyenne continueront d’apporter tout leur soutien au mouvement national et local pour la défense du service public de la petite enfance. Ils seront présents ce vendredi matin 11 mars, aux côtés des professionnels de Montreuil.

 

Les élus Rassemblement de la Gauche Citoyenne interpellent Jean-Pierre BRARD, député de la Seine-Saint-Denis et Dominique VOYNET, Sénatrice-Maire de Montreuil pour qu’ils portent, simultanément, dans leurs assemblées parlementaires respectives, l’exigence de l’exclusion de la petite enfance du champ d’application de la directive européenne services.

Publié dans Communiqués de presse

Commenter cet article