Le Signac de l'hôtel de ville vandalisé : actes de malveillance et négligences municipales

Publié le

Signac.JPG

 

LE SIGNAC DE L’HOTEL DE VILLE VANDALISE :

REACTION DES ELUS ET MEMBRES DU RASSEMBLEMENT DE LA GAUCHE CITOYENNE :

ACTES DE MALVEILLANCE ET NEGLIGENCES MUNICIPALES

 


 

A la mort de Paul SIGNAC, la famille de ce dernier fit don à la ville de Montreuil d’une œuvre grandiose par sa beauté, sa qualité mais également par sa taille. Au temps d'harmonie (L’âge d’or n’est pas dans le passé, il est dans l’avenir) est un tableau réalisé par l’artiste en 1894-1895. Offert à la ville en 1938, il était exposé, au regard de tous, au dernier étage de l’escalier d’honneur de l’hôtel de ville. C'est une oeuvre d'une valeur inestimable. Sa fragilité avait conduit la ville à limiter les prêts de l’œuvre pour des expositions nationales ou internationales. Depuis 1938, l’œuvre n’avait quitté les murs de l’hôtel de ville que trois fois ; deux fois pour le Musée d’Orsay, une fois pour le Grand Palais.


De 1938 à 2012, l’hôtel de ville en a connu des évènements, des manifestations, des intrusions, des occupations licites ou illicites mais jusqu’à ce jour du 31 décembre 2011 le patrimoine municipal a toujours été soigneusement préservé, respecté et valorisé par les équipes qui se sont succédées.


Il aura fallu que la municipalité persiste dans sa vision libertaire du principe « d’autogestion » de la soirée du 31 décembre pour que quiconque puisse circuler sans surveillance dans les couloirs de la mairie et qu'ne particulier des enfants se trouvent livrés à eux mêmes. Un paradoxe hallucinant pour tous ceux qui, comme nous ont vu, depuis mars 2008, la bunkerisation progressive de l’hôtel de ville avec les nombreux contrôles d’accès, la mise en place de portes à ouverture magnétique, les gardes postés à l’entrée, etc.


Le résultat de cette défaillance municipale, c’est un acte stupide et révoltant qui a conduit des jeunes sans surveillance à dégrader l’œuvre de Paul SIGNAC par jets de projectiles. Trois entailles dans le tableau et des dommages liés à des projections imbibées d’eau défigurent gravement l’œuvre, aujourd’hui en attente de diagnostic de la part des experts dépêchés sur place.


Depuis que nous avons appris cette nouvelle (de source non officielle : la maire et son équipe ayant omis de nous en informer alors qu’elles savent nous contacter lorsqu’elles jugent cela utile à leurs intérêts) nous sommes habités par un sentiment de colère et de consternation.


Colère contre ceux qui ont agi de la sorte et qui n’ont certainement pas mesuré les conséquences de leurs actes.


Colère mais aussi consternation vis-à-vis de l’imprudence et de la défaillance de la municipalité qui a laissé des personnes, visiblement des enfants, sans surveillance, le soir du réveillon, dans les étages de l’hôtel de ville. La bêtise a conduit à vandaliser un tableau, elle aurait aussi pu conduire à un drame humain.


Ce tableau appartient au patrimoine des Montreuillois, nous exigeons de madame Voynet une information publique sur les circonstances de cet acte de vandalisme et les procédures mises en œuvre pour la réparation du préjudice.

Publié dans Communiqués de presse

Commenter cet article

Bernard Monsigny 10/01/2012 21:21

"minimiser" ???

Bernard Monsigny 10/01/2012 19:07

"minimiser"???

pollux 10/01/2012 17:23

M. Monsignny qu'il est facile de dissimuler l'incurie de l'équipe municipale de Mme Voynet en faisant des relations pompeuses entre le sens de cette peinture de P. Signac et le contexte
montreuillois.
Quoiqu'il en soit, les élus de la majorité municipale, dans leur course effrénée aux économies de bouts de chandelle, ont considéré que la présence de personnels municipaux n’était pas utile pour
assurer le bon déroulement de cette soirée et économiser ainsi quelques centaines d'euros de paiement d'heures supplémentaires. Ils ont été remplacés par des bénévoles venus de je ne sais où. Le
résultat est une oeuvre d'art fortement dégradée dont la restauration va coûter beaucoup plus chère que l'économie réalisée en se passant du savoir faire du personnel municipal.
Il est urgent que cette majorité municipale constituée d'incapables passe à la trappe et finisse dans les poubelles de l'histoire montreuilloise. Avec elle, ce qu'est Montreuil s'en va y compris la
patrimoine artistique.

Bernard Monsigny 10/01/2012 13:02

Votre sortie sur "les négligences municipales" est un peu polémique et puérile. J'aurais aimé, pour que vous justifiez mieux votre tristesse voire votre colère contre cet acte inadmissible, que
vous m'expliquiez pourquoi vous trouvez cette oeuvre "grandiose par sa beauté, sa qualité". Peut-être est-ce à cause du cruel destin présent de cette superbe toile ? Curieusement, tout le monde y
est représenté dans un instant de concentration, de temps suspendu. Signac en peignant cette calme tension veut-il signifier qu'à ses yeux "le temps de l'anarchie" (car tel est son titre initial)
n'est pas celui de la désinvolture ? La toile fut offerte par sa veuve à la municipalité de Montreuil qui préféra la rebaptiser "Au temps d'harmonie" ... tout en gardant son judicieux sous-titre :
"L'âge d'or n'est pas dans le passé, il est dans l'avenir". Ainsi son actualité est-elle là : le mouvement, celui que nous attendons tous,plus que jamais en cette année électorale, pourrait
reprendre !
Cette image de mouvements arrêtés et de promesses vient de subir une lamentable agression venue de tristes enfants qui, si ils avaient su qu'on puisse rêver d'harmonie, de liens sociaux libertaires
ou communistes voire d'âge d'or, n'auraient surement pas agi ainsi...Et là, ayant sans doute tous un peu failli à leur éducation, nous sommes tous un peu responsables...

RGC 10/01/2012 13:36



Bonjour Monsieur,


Libre à vous de minimiser ainsi la gravité des faits.


Bien cordialement.