La sanction d'un homme n'est pas une réponse politique acceptable ni même suffisante

Publié le

parisien93.jpg

 

Le journal Le Parisien - dans son édition Seine-Saint-Denis - revient sur la décision de Dominique Voynet de suspendre son directeur de la tranquilité publique.

 

A l'heure qu'il est, Dominique VOYNET n'a pas donné suite à notre demande de dissolution pure et simple de ce groupe mobile et à l'ouverture d'une enquête sur la chaîne de responsabilités au niveau de la Direction Générale des services mais surtout au niveau des donneurs d'ordres politiques.

 

Hier soir, à l'occasion de la conférence des Présidents qui se réunissait dans la perspective du prochain conseil municipal, le Président du groupe RGC/PG a confirmé la demande de dissolution de ce groupe comme préalable à toute redéfinition des missions de la direction de la tranquilité publique.

 

Dans cette affaire, comme dans tant d'autres, nous ne saurions accepter la mise en cause du seul directeur en question et de son équipe. La mise en cause et la sanction d'un homme n'est pas une décision politique acceptable ni même suffisante.

 

 

Pour télécharger l'article du Parisien, cliquez ici

Publié dans Dans la presse

Commenter cet article