L'austérité n'est pas la seule voie ! C'est le système d'économie de casino qui doit être changé

Publié le

Image2-copie-5

 

COMMUNIQUE DE GAYLORD LE CHEQUER

Président du Rassemblement de la Gauche Citoyenne

Conseiller municipal Rassemblement de la Gauche Citoyenne et Parti de Gauche

 

 

Non monsieur SARKOZY, l'austérité n'est pas la seule voie

C'est le système d'économie de casino qu'il faut changer !

 

 

L'Europe libérale que l'on nous impose actuellement, celle de la concurrence libre et non faussée par dessus tout, ne fait décidément pas bon ménage avec la démocratie ! L'annonce du référendum grec sur l'accord de Bruxelles du 27 octobre a provoqué une vague de protestation de tous les politiciens adeptes de l'économie financiarisée qui pensaient que les peuples, et le peuple grec le premier, allaient payer la note de la crise et que les banques étaient sauvées à moindre coût.

 

C'est pourtant bien la logique démocratique, si étrangère aux eurocrates, qui exige qu'un peuple dont on piétine la souveraineté et qu'on condamne à l'austérité puisse s'exprimer par les urnes, fusse tardivement comme c’est le cas avec cette décision du premier ministre grec ! Comme l'a déclaré Jean-Luc MELENCHON: « je me réjouis que douze grèves générales aient contraint M. Papandréou à convoquer un référendum réclamé par le peuple. », ajoutant qu'il s'agit d'un « minimum de démocratie ».

 

Pour faire pression sur le peuple grec, SARKOZY et FILLON ont recours au chantage en annonçant que la Grèce devra sortir de l'euro si la réponse des Grecs est négative, et en excluant, par avance, toute renégociation. Cette stigmatisation d'un peuple et le chantage à la catastrophe, nous Français les avons bien connus au moment du référendum sur le traité constitutionnel européen : ceux qui soutenaient le « non » étaient accusés de vouloir la sortie de la France de l'Europe et même la destruction de cette dernière!

 

Aujourd'hui, la pente savonneuse de l'austérité n'est pas la solution à la crise, mais va l'aggraver, et les grecs le savent aussi bien que nous. C'est le système de l'économie de casino, des spéculations effrénées, des paradis fiscaux, de l'enrichissement sans fin des plus riches, qu'il faut changer totalement. Que ce débat s'ouvre à quelques mois de la présidentielle ne fait pas les affaires de SARKOZY, mais nous avons la volonté de le porter dans tout le pays, avec notre candidat, pour redonner l'espoir et pour une véritable alternative politique.

 

Publié dans Communiqués de presse

Commenter cet article