Interventions de Jean-Pierre BRARD - Conseil municipal du 28 janvier 2010

Publié le

JPB.jpg



·       
Intervention représentant du CCVL

Les conseils de quartiers ont tenu à soulever de nombreux problèmes. Ils s’inquiètent des coups portés à la démocratie et à la proximité des instances locales par la refonte de la charte de la démocratie participative. Ils s’insurgent de la mise en concurrence des conseils de quartiers par l’instauration d’une enveloppe participative commune. Jusqu’à présent, les 30 000 € qui étaient alloués, permettaient le financement de projet vivant et utile pour les quartiers. Aussi ils condamnent le déplacement du bureau du CCVL dans un espace qui n’est pas destiné au public, rue CAP’ Horn…

 

L’échange auquel nous venons d’assister est très intéressant. Les interlocuteurs des conseils de quartiers soulignent les mesures unilatérales et autoritaires qui ont été prises sans concertation, marquant ainsi une vraie régression des pratiques. Florence Fréry répond en substance « tout va bien, les agents ont été concertés ». Je vous invite à rencontrer les habitants et les agents de la ville pour voir à quelle aune ils mesurent vos appréciations ! Par exemple vous dites que la maison Gérard Rincon est centrale, surement n’avez vous jamais pris le temps de consulter une carte de Montreuil ou simplement de vous promener dans les rues pour voir à quel point précisément elle n’est pas centrale. 

Vous avez une vision normalisée de la démocratie qui n’est pas sans nous rappeler des propos tenus dans d’autres lieux.

 

·        Débat sur les orientations budgétaires – budget primitif ville 2010

Bien évidemment, ce débat est l’un des plus importants de l’année car il précède le vote du budget de la collectivité. Nous avons entendu monsieur Cuffini qui tout en définissant des ambitions, de nouvelles actions et de nouveaux projets (refonte de la gestion municipale, amélioration du service public et investir sur la qualité de la vie), n’a réussi à ne citer aucun chiffre. Peut-être a-t-il pris des cours auprès de madame Lagarde et de Monsieur Eric Woerth, qui eux aussi en présentant le budget de l’Etat, sont parvenus à ne citer aucune estimation précise ?

Mais qu’en est-il de la fiscalité ? Est-ce une volonté délibérée de votre part de ne donner aucun élément, faisant des cachotteries aux Montreuillois ?

Concernant la taxe professionnelle, les mesures gouvernementales que vous évoquiez sont exactes. Il faut préciser que le Sénat a été le lieu de la résistance puisqu’un lien a été établi entre l’activité économique et le territoire, dans une proportion importante. Cela a des conséquences pour notre ville ou aurait pu en avoir.

La politique menée par l’équipe précédente a fait un effort énorme pour reconstituer les bases économiques de la ville sinistrées par la chute des industries et la crise des années 90 en particulier. Ainsi grâce à la mesure votée au Sénat, les collectivités qui ont une politique économique bénéficieront mieux de leurs efforts que cela n’était le cas, deux communes dans Est-Ensemble sont concernées : Montreuil et Bondy. Dès 2010, les bases de la taxe professionnelle seront élargies pour ces deux villes en particulier. C’est une bonne nouvelle car le développement économique aurait permis de nouveaux moyens importants afin de financer par exemple la politique sociale.

L’intercommunalité est nécessaire mais doit être réfléchie et construite dans l’intérêt de notre ville, ce qui n’a pas été le cas. Vous avez voulu une intercommunalité construite dans la précipitation dont la première conséquence est le regroupement des ressources fiscales de la taxe professionnelle dans le pot commun,  le surplus que Montreuil aurait pu espérer viendra compenser le manque à gagner dans d’autres villes comme à Pantin, le nouveau mode de calcul leur étant défavorable.

Monsieur Cuffini aurait du informer les membres de cette assemblée et les habitants de notre ville.

Je m’associe à tout ce que les collègues ont énoncé : il y a peu de propositions précises et concrètes formulées, beaucoup de futurs et d’études… Concernant la dette de la ville, l’équipe précédente dépensait beaucoup d’argent tout en faisant beaucoup d’efforts pour en faire rentrer : construire une école coûte cher, il faut donc l’amortir sur plusieurs années, et cela contribue à l’endettement d’une ville. La dette est d’un peu moins de 2000 € par Montreuillois aujourd’hui, alors que celle de l’Etat est de  20 000 € pour chaque Français.

Si monsieur Cuffini a un discours de gauche, il en est tout autrement des actes, pourtant preuves irréfutables d’une vraie politique de gauche : fermeture du centre de santé municipal Voltaire, suppression de la mammographie, suspension du projet de restructuration et d’extension de l’école Jean Jaurès, … Il est donc nécessaire d’avoir une politique de gauche, prenant en compte grâce à la concertation la réalité des besoins sociaux des montreuillois. Pour l’instant, nous en sommes très loin…

Votre souhait de construire des logements sans prévoir d’équipements publics notamment scolaires sera lourd de conséquences dans les quartiers. La construction d’une école prend environ 4 ans, il faut donc rapidement programmer la construction d’écoles comme nous en avions le projet dans le quartier Branly-Boissière afin de venir alléger les effectifs des écoles particulièrement à Nanteuil où la situation est préoccupante.

On nous dit que les équipements publics sont en mauvais état. Je vous fais donc une proposition concrète, celle de visiter ensemble, madame la sénatrice-maire, les quelques 280 bâtiments publics et que la revue municipale Tous Montreuil rende compte de chaque visite et de l’état réel des bâtiments afin que les Montreuillois aient les moyens de se faire une opinion par eux-mêmes et ne soient pas réduits aux affirmations sans preuve de monsieur Cuffini.

 

·        Débat sur les orientations budgétaires – budget primitif cinéma 2010

 

Nous avons entendu monsieur Daniel Chaize. Nous sommes confrontés à l’augmentation des tarifs pour les enfants et les adultes. Allez-vous stabiliser les tarifs déjà bien élevés ? Où en sont les procédures de monsieur Karmitz ? Un compromis serait-il en vue qui se traduirait par le retrait des procédures et des recours ?

Faisant l’objet de poursuites en ma qualité de maire à l’époque, je souhaiterais savoir si vous comptez prendre en charge les frais afférents à ces procès, dont je ne suis pas responsable et qui ont suivi la manifestation de soutien aux Méliès face aux géants du cinéma ?

Pour aller au cinéma les Montreuillois ne regardent pas les prix à Saint-Denis ou à Bagnolet, monsieur Chaise mais leur portefeuille, surtout lorsqu’ils s’y rendent en famille. 18 % d’augmentation sur le tarif maximum du Méliès, ce n’est pas faible !

Précisons que les recours contre la volonté de la ville d’ouvrir six salles de cinéma ont provoqué la mobilisation des Montreuillois et bien au-delà grâce à l’association Renc’art : 20 000 signatures, 7 palmes d’or, plus de 150 réalisateurs, …

Madame Voynet donne un accord de principe sur la prise en charge des procès dont Jean Pierre Brard fait l’objet en sa qualité d’ancien maire : les dossiers, dit-elle, « seront étudiés au cas par cas, avec au préalable la consultation des juristes de la ville ».

Je prends acte de la protection fonctionnelle que vous m’accordez, madame la sénatrice maire, et je vous rassure que je n’ai fait l’objet d’aucune poursuite pour des faits d’insultes ou de violences : je n’ai fait qu’accompagner la mobilisation.

 

·        Création de la commission extra-municipale non-permanente relative à une réflexion globale pour l’amélioration de la propreté.

 

Nous savons par expérience que tenir une ville propre est très extrêmement difficile. Il n’y a plus de rupture entre le haut et le bas-Montreuil, il y a de la saleté partout. Le travail des agents de la voirie n’est pas respecté et est désorganisé. La suppression sans concertation du ramassage des encombrants à date fixe et des coups de balai, qui a eu des effets néfastes, donnaient satisfaction aux habitants et surtout motivaient les équipes.

Il faut ajouter au problème de la saleté en ville, la question préoccupante de la propreté du cimetière. Une vieille dame m’a dit qu’à la façon dont on respecte les morts, on peut imaginer comment on considère les vivants…   

 

 

·        Augmentation des tarifs du stationnement payant

 

Nous avons une société d’économie mixte dont l’objet est de gérer et non nécessairement de faire des excédents financiers. En plus des conditions de vie de plus en plus difficiles que la majorité a su décrire, nos concitoyens devront faire face à une augmentation des tarifs de 20 %.

Vous avez supprimé, malgré les protestations, l’exonération et les droits de stationnement pour les personnes de plus de 70 ans. Pourtant cette mesure permettait à ces populations de faire leurs courses à Montreuil et de fréquenter des équipements culturels. Compte tenu des excédents financiers escomptés, pouvez-vous rétablir, madame la sénatrice-maire, cette mesure de justice en faveur des retraités ?

 

 

 

 

 

Commenter cet article