Ilot 104 : L'école de la discorde

Publié le

Montreuil-tousse.jpg

 

La séance du Conseil municipal de ce jeudi 20 octobre a donné l’occasion à de nouveaux échanges sur le projet de construction d’un groupe scolaire, avenue de la Résistance, sur un terrain appelé « Ilot 104 ».


Une fois encore, parents, représentants de parents d’élèves, riverains et associations de quartiers étaient présents dans la salle et ont eu l’occasion, avant le début de la séance publique, de rappeler que le site retenu pour ce groupe scolaire tant attendu ne répondait pas aux besoins et attentes en matière de répartition géographique des enfants de ce secteur de la ville.

 

Retour sur l’intervention de Gaylord LE CHEQUER pour le groupe Rassemblement de la Gauche Citoyenne et Parti de Gauche.


 


 

 

Madame la Maire,

 

Vous avez réussi l’exploit de vous mettre à dos un nombre impressionnant d’habitants sur un projet de création d’école pour les gamins de notre ville. Franchement, chapeau !Qu'y a -t-il pourtant de plus consensuel que la création d'une école ?


Vous avez décidé que le site de l’Ilot 104, serait le plus approprié pour la création d’une école mais sans aucun travail préalable sur la sectorisation et la carte scolaire. Preuve en est, c’est le 24 août dernier que vous avez déposé un dossier pour obtenir une « assistance à la refonte de la sectorisation scolaire pour la rentrée scolaire 2013 et les suivantes ».


Ainsi, comme nous le déclarions en février dernier, votre projet est monté à la hâte, au détriment d’un travail en profondeur sur la portée éducative, sur la pertinence en termes de sectorisation et sur la conséquence écologique de votre projet.


Nous vous avions proposé (il y a plus de 8 mois) de prendre « 6 mois de réflexion et de concertation pour murir votre projet ». Si vous nous aviez écoutés, vous auriez pu engager le travail de refonte de la sectorisation et donc tenir compte des résultats des travaux qui seront issus du rapport de la mission d’assistance que vous commandez seulement maintenant. Que de temps perdu et une fois encore, vous mettez la charrue avant les bœufs.


Il est alors facile de caricaturer la position des habitants de la ville ou des élus qui formulent des remarques ou des critiques en les renvoyant dans les rangs des « anti-écoles »… En réalité, ce qui est en cause c’est votre aventurisme, votre autoritarisme dans la décision et votre entêtement à vouloir avoir raison seuls contre tous.


Vous vous obstinez à vouloir créer un groupe scolaire, avenue de la Résistance, alors que c’est dans le secteur Bas-Montreuil Bobillot qu’il se fait sévèrement attendre et alors même que ce secteur est en pleine densification à cause de votre POS et aujourd’hui de votre projet de PLU. Même messieurs Martinez et Saunier qui ont été les artisans de ces projets ont pris la mesure de leur méprise et sont venus grossir les rangs de votre opposition…


Votre projet, comme cela est indiqué dans le rapport du Commissaire enquêteur dans le cadre de votre PLU (p58) est le fruit de votre fuite en avant incontrôlée qui vous conduit à faire n’importe quoi en matière d’urbanisation : « La ville a donc la nécessité de trouver un site rapidement mobilisable » et cela afin de palier « à cette hausse démographique naturelle à laquelle s’ajoutera sur les années à venir une hausse démographique liée à la production de logements. » C’est le fameux serpent qui se mord la queue.


D’un côté, vous ouvrez les vannes aux promoteurs pour la construction tous azimuts sur les moindres parcelles libres du Bas-Montreuil, de l’autre, vous vous trouvez dans l’incapacité d’anticiper et de prévoir les équipements publics indispensables. Résultat, la précipitation prime sur tout le reste, et, dans le cas présent, au détriment du cadre de vie des habitants du quartier, de la sécurité et de la qualité des conditions d’accueil des enfants de notre ville.


Nous ne pouvons refuser la construction d’une école car tout le monde ici est bien conscient de la nécessité d’ouvrir de nouvelles classes pour accueillir nos enfants mais nous dénonçons avec la plus grande fermeté votre aventurisme qui abîme notre ville. Une fois encore, nous vous appelons à rouvrir un espace de dialogue et de concertation pour retravailler ce projet en tenant compte d’un examen sérieux sur la carte scolaire, il y va de l’intérêt de tous et de nos enfants.

Commenter cet article