Enquête publique sur la révision du PLU : nous voulons une autre ville pour demain

Publié le

RGC logoWEB

Enquête publique sur la révision du PLU

Nous voulons une autre ville pour demain

 

 

A Montreuil, chacun mesure désormais les conséquences de la révision simplifiée du Plan d’Occupation des Sols fin 2008 / début 2009 puis du vote du Plan Local d’Urbanisme (PLU). A elles seules, elles témoignent parfaitement des erreurs commises par l’équipe municipale qui s’est entêtée à vouloir aménager la ville sans l’implication des citoyens et sans en maîtriser la densité et le rythme.

 

Résultat, la violence et la précipitation avec laquelle s’enchaînent petites et grosses opérations immobilières privées sont particulièrement mal vécues par les riverains qui voient leur cadre de vie se détériorer.

 

Comble du cynisme, lorsque les habitants se tournent vers la mairie pour obtenir une aide, celle-ci leur suggère de saisir la justice (à leurs frais) pour attaquer des permis de construire établis à partir de règles qui ont été fixées par elle-même !


L’exemple aberrant d’une opération en cours rue du Berger en est la parfaite illustration. Profitant des règles libérales du PLU, un petit spéculateur des beaux quartiers de Vincennes/Saint-Mandé - reçu avec le tapis rouge par l’élu à l’urbanisme pour lui faciliter la tâche - prévoit purement et simplement la destruction d’un pavillon et du jardin arboré attenant, pour bâtir un ensemble de quatre bâtiments (dont l'un sur rue de 4 étages) le tout dans une rue pavillionnaire, sur une parcelle enclavée, étroite et qui témoigne du passé agricole de notre ville.


Evidemment, le propriétaire en question jure, la main sur le cœur, qu’il s’agit d’un projet patrimonial et que les logements seront destinés à ceux qui en ont le plus besoin. Qui peut le croire ? Qui peut croire que la ville pourrait être maître des coûts de sortie de cette opération comme de tant d'autres alors qu’elle s’est privée de l’ensemble des outils de maîtrise de ceux-ci ? Ni nous, ni les riverains de la rue du Berger qui se sont constitués en collectif, ont pris un avocat et sont déterminés à se faire entendre et respecter.

 

Le principal échec de l’équipe municipale en la matière c’est d’avoir pris le parti de laisser cette question aux spécialistes, aux promoteurs, aux petits spéculateurs, plus sensibles aux problématiques de rentabilité de leurs opérations qu’au bien être de moyen et long terme des riverains.


En ne parlant pas, en n’associant pas les habitants au processus de mutation, de transformation de la ville ; en refusant ce passage démocratique, en refusant de prendre le temps d’expliquer et de confronter ce projet pour la ville, les montreuillois voient la ville bouger, évoluer, se reconstruire sur elle-même mais de manière totalement débridée et souvent brutale. Ils comprennent surtout, à leurs dépens, que la ville qui se construit devient de plus en plus chère et de moins en moins accessible.


C’est dans ce contexte que les Montreuillois sont appelés depuis 48h et jusqu’au 12 octobre, à faire entendre leurs voix dans le cadre de l’enquête publique pour la révision du PLU dont l’adoption définitive devrait intervenir fin 2013-début 2014.


Nous vous invitons donc à participer à l’enquête en apposant vos remarques, propositions et critiques sur les registres ou en les adressant au commissaire enquêteur.


Après cette date, c’est à la nouvelle majorité qu’il appartiendra de confirmer ou de mettre fin à ce PLU.


Pour notre part, nous l’avons dit, après avoir voté contre la révision du POS et contre le PLU, nous œuvrerons à la mise en place d’une nouvelle majorité qui s’engagera clairement en faveur d’une remise à plat intégrale de la politique d’aménagement de la ville et donc du PLU.


Nous mettrons au cœur de nos propositions pour l’avenir la question des moyens à déployer pour mieux concerter, maitriser, planifier et contraindre les règlements d’aménagement dans le but de rendre la ville plus accessible et de rétablir sa véritable mixité sociale. C’est d’ailleurs pour les mêmes raisons que nous nous opposons dès aujourd’hui au projet actuel de Paris Métropole qui ne fera qu’amplifier et aggraver la situation et privant les collectivités locales de leurs prérogatives en la matière.


De même, avant de prétendre densifier nous entendons consacrer nos efforts à un renforcement de la politique municipale en matière de maîtrise du foncier, au développement de l’emploi, des services publics, des transports, des commerces, notamment dans le haut Montreuil, le tout dans un souci de cohérence et de mixité urbaine et sociale.


Nous voulons d’autres pratiques, d’autres orientations en matière d’aménagement de la ville. Nous voulons une autre ville que celle dessinée ces 5 dernières années. Nous la ferons ensemble, avec vous.  

 

Publié dans Communiqués de presse

Commenter cet article