Décret Morano sur les règles d’accueil dans les crèches : pour que Montreuil ouvre la voie de la résistance

Publié le

Image2 

 

Gaylord LE CHEQUER

Président du groupe des élus Gauche Unie et Citoyenne

Secrétaire général du Comité des Citoyens Montreuillois

 

 

Frédéric MOLOSSI

Conseiller général de la Seine-Saint-Denis

Conseiller municipal

 

 

 

 

Décret MORANO sur les règles d’accueil dans les crèches

 

Pour que Montreuil ouvre la voie de la résistance

 

 

Le décret sur le fonctionnement des établissements d’accueil des jeunes enfants (crèches, jardins d’éveil, haltes-garderies, services d’accueil familial) a été publié hier, mardi 8 juin au Journal officiel.

 

Nadine Morano, secrétaire d’État chargée de la Famille et de la Solidarité n’a pas voulu entendre la contestation malgré une mobilisation continue des professionnels de la petite enfance pour demander le retrait de ce texte.

 

A Montreuil, la mobilisation de nombreux professionnels, de leurs représentants, a permis de sensibiliser les parents, mais aussi les élus, sur les conséquences que pourraient avoir la mise en œuvre des mesures envisagées dans ce décret.

 

Très concrètement, le gouvernement donne le feu vert pour que « des enfants puissent être accueillis en surnombre certains jours de la semaine». Il augmente la proportion de personnels moins qualifiés au sein des crèches en abaissant le taux d’encadrement par des puéricultrices, éducateurs jeunes enfants, infirmiers ou encore psychomotriciens diplômés d’Etat de 50% à 40%.

 

Ces mesures, sont prises au nom du « pragmatisme » et de « l’optimisation » des places disponibles.

 

Pour nous, il s’agit ni plus ni moins que d’une nouvelle attaque en règle contre les politiques publiques en général et celle de l’accueil des jeunes enfants en particulier. C’est une dégradation annoncée des  conditions de travail des professionnels. C’est la porte ouverte à la concurrence libre et non faussée telle que définit dans la « directive européenne services ». Mais au-delà, c’est une inacceptable dégradation des conditions d’accueil des jeunes enfants qui se dessine si ce décret n’est pas abrogé.

 

A Montreuil, sous l’impulsion des professionnels de la petite enfance de la ville et des membres du collectif « Pas de bébés à la consigne », le Conseil municipal a retenu la proposition émise par le groupe Gauche Unie et Citoyenne pour qu’un vœu puisse être adopté lors de la prochaine séance du conseil. C’est l’occasion, pour la ville, de prendre le flambeau de la mobilisation pour exiger l’abrogation de ce décret.

 

Elle viendrait ainsi soutenir les professionnels de la ville qui font preuve d’une détermination sans faille. Elle pourrait également accroître la pression institutionnelle et politique sur le gouvernement pour lui faire renoncer au passage en force. Après les conseils généraux du Haut Rhin, du Val de Marne, de l’Ille et Vilaine, de Loire Atlantique, après le Conseil de Paris, l’assemblée de Corse ou encore la ville de Besançon, Montreuil pourrait devenir la première grande ville d’Ile de France à adopter un vœu favorable au développement d’une ambitieuse politique publique nationale en matière d’accueil de la petite enfance.

 

Parallèlement, Frédéric Molossi proposera la même démarche à l’assemblée du Conseil général de la Seine-Saint-Denis et proposera donc l’inscription de cette question à l’ordre du jour de la prochaine séance publique.

 

Empêcher l’application des mesures induites par ce décret et exiger son abrogation est un combat à mener. Nous y sommes prêts.

 

Publié dans Communiqués de presse

Commenter cet article