Contre la réforme des retraites : la bataille continue

Publié le

RGC logoWEB

 

LA BATAILLE CONTINUE, CAR ELLE EST JUSTE

 

RAPPELONS-NOUS LE CPE !

 

 

En avril 2006, alors que le Parlement avait définitivement adopté la loi Egalité des Chances et son article 8 créant le Contrat Première Embauche qui institutionnalisait la précarité des jeunes au travail, le Premier ministre d’alors, Dominique de Villepin pliait sous la pression de la rue, des jeunes, des lycéens, des salariés et renonçait à publier le décret qui devait mettre en œuvre le dispositif massivement décrié.

 

II aura donc fallu que les lycées et les universités soient bloqués pendant plus de deux mois et que trois millions de nos concitoyens descendent plusieurs fois dans la rue pour que le Premier ministre se résigne à admettre que cette mesure était néfaste.

 

C’est la détermination, l'action convergente des salariés, des étudiants et des lycéens, ainsi que l'unité syndicale qui a permis cette victoire sur le gouvernement.

 

C’est bien la preuve que dans le cadre du projet de réforme des retraites rien n’est joué et que le combat contre l’injustice et l’inégalité qu'incarne cette loi n’est pas vain.

 

Comme en 2006, rien ne nous aura été épargné : ni les tentatives de désinformation sur l’ampleur de la mobilisation, ni les tentatives d’amalgame entre manifestants et casseurs, ni la posture de la majorité soutenant comme un seul homme le ministre WOERTH…

 

Un retrait de cette loi marquerait une nouvelle victoire de l’unité syndicale, politique et citoyenne. Comme pour le CPE, elle couronnerait la détermination de millions de français manifestants ou non qui refusent de se résigner.

 

Le gouvernement porte, seul, la responsabilité des situations de blocage que connaît le pays et se moque du monde lorsqu’il prétend vouloir ouvrir des négociations après son double passage en force à l’Assemblée nationale, puis au Sénat. S’il piétine les institutions de la République, alors, c’est à la rue de lui rappeler que le peuple est le seul à pouvoir présider de son destin.

 

Le jeudi 28 octobre et le samedi 6 novembre les élus Rassemblement de la Gauche Citoyenne seront de nouveau dans le mouvement social, à vos côtés, jusqu'à l'abandon pur et simple de ce projet, ni amendable, ni améliorable !

Publié dans Communiqués de presse

Commenter cet article