Taxe carbone : Sarkozy pioche aveuglément dans les poches des ménages !

Publié le



Taxe carbone : Sarkozy pioche aveuglément dans les poches des ménages !

 

 

En faisant le choix de compenser l’application de la taxe carbone sur l’ensemble des ménages par une baisse d’impôts sur le revenu, Nicolas Sarkozy accentue le recours aux prélèvements indirects (telle que la TVA) qui ne prennent pas en compte le niveau de revenu des contribuables. Une mesure totalement injuste qui va toucher de plein fouet les familles les plus modestes.

 

Dans le même temps le Président décide de la baisse des impôts sur le revenu, qui sont, eux, bien plus justes puisque progressifs. En faisant cela, l’Etat va se priver de recettes publiques indispensables à un moment où le déficit de la France atteint des sommets invraisemblables et où les politiques publiques - par exemple de la santé ou de l’Education - auraient besoin de moyens supplémentaires.

 

Dans ce contexte comment le gouvernement parviendra-t-il à boucher les trous et à faire face aux besoins de recettes ?... en ponctionnant les recettes liées à la taxe carbone au lieu de les réinjecter dans une politique de développement durable ambitieuse et efficace. La vocation première de cette taxe sera donc totalement détournée.  

 

Le Comité des Citoyens Montreuillois est lui favorable au développement des énergies renouvelables notamment en termes de recherche et d’investissements comme cela est inscrit dans le contrat de législature qu’il a signé avec Jean-Pierre BRARD. Le Comité des Citoyens Montreuillois demande également l’application de taxes sévères pour les voitures et les entreprises les plus polluantes. Il propose également le renforcement significatif des aides pour les contribuables pour contribueront à la diminution des effets de serre.

 

Fidèle à lui-même, Nicolas SARKOZY bichonne les grandes entreprises et les industries les plus polluantes qui seront taxées au même niveau que les ménages alors que pour un certain nombre d’entres elles, elles sont les principales émettrices de pollutions. Les mêmes entreprises bénéficieront de la suppression de la taxe professionnelle – une ressource imparfaite mais indispensable et vitale pour bon nombre de collectivités – sans garantie, pour ces dernières de compensations à la hauteur des enjeux auxquels elles sont confrontées.

 

En matière de fiscalité, nous demandons la suppression des allégements de l’impôt sur le revenu et de l’ISF accordés aux contribuables les plus aisés depuis 2000 en contrepartie du renforcement des impôts progressifs et la mise en place d’une fiscalité locale des ménages assise sur les revenus et une péréquation plus forte.


Dans l’immédiat nous regrettons vivement les choix injustes qui sont faits par le Président de la République et encourageons les parlementaires qui auront à débattre sur le sujet dans les semaines qui viennent à peser pour revenir à des principes plus justes fiscalement et socialement et réellement efficaces pour la préservation de notre environnement. Pour le moment, attendons-nous à voir le MEDEF se réjouir de la mesure annoncée par le Président Sarkozy et attendons-nous, une fois encore, à devoir nous serrer un peu plus la ceinture.

Publié dans Communiqués de presse

Commenter cet article