FACE A LA CRISE SARKOZY JOUE A LA PATATE CHAUDE

Publié le


 









Pour répondre aux angoisses des Français, pour rompre avec les politiques qui ont conduit à une crise dont on commence lourdement à mesurer les effets, pour redonner de la confiance et du pouvoir d’achat aux Français, l’annonce phare du one man show présidentiel d’hier soir aura été le projet de suppression de la taxe professionnelle.

 

Un joli cadeau en direction du MEDEF et de madame PARISOT mais une grosse patate chaude pour les collectivités locales les moins riches qui verront une partie de leurs ressources fondre comme neige au soleil.

Alors que le choc de la crise financière et économique est en train de frapper de plein fouet les collectivités territoriales, le chef de l’Etat ampute leurs ressources fiscales alors qu’elles doivent faire face aux besoins, notamment sociaux, de la population dans cette période de récession.

Une telle mesure ne frappera cependant pas aussi lourdement les villes les plus riches comme Neuilly, Boulogne ou encore Issy les Moulineaux que des villes comme Montreuil ou encore Clichy.

 

Dans ce contexte, nous l’avons dit, il faut inventer, à Montreuil comme dans toutes les villes progressistes, des réponses nouvelles, adaptées à ce qui est en train de se passer sous nos yeux et renforcer nos politiques sociales et de solidarités. La suppression de la taxe professionnelle serait certes un mauvais coup supplémentaire mais elle ne doit en aucun cas nous conduire à renoncer à nos ambitions en matière de santé, de logement, de culture, d’éducation et de soutien au monde associatif.

 

Aujourd’hui plus qu’hier encore, les élus du groupe de la Gauche Unie et Citoyenne et les membres du Comité des Citoyens Montreuillois appellent la majorité montreuilloise et en premier lieu Dominique VOYNET à user de son influence, notamment au sein des instances telles que l’Association des Maires des Grandes Villes de France pour prendre la tête du combat contre une décision présidentielle inacceptable et dangereuse.


Avec une sénatrice, un député, un vice-président de Conseil général, deux conseillers généraux et une  conseillère régionale, Montreuil compte autant de tribunes locales et nationales permettant de faire entendre la voix de ceux qui seront les premières victimes collatérales de la décision présidentielle.

 

Agissons pour que le gouvernement renonce à cette mesure injuste et menons le combat pour un autre modèle de société que celui qui nous est servi au plan national, un modèle de ville à contre courant du modèle dominant.

Publié dans Communiqués de presse

Commenter cet article