Tous à la mairie pour soutenir les salariés de Griallet !

Publié le








C'est demain qu'est organisé un grand rassemblement de soutien aux salariés de l'entreprise GRIALLET en lutte depuis des semaines contre les pratiques de leur ancien patron.

 

Les 21 salariés de Griallet, en lutte depuis le 22 Mai 2008 à Montreuil, réclament - à juste titre - le paiement des mois sans salaire ainsi que de leurs congés payés qui ne leurs ont pas été réglés, la régularisation des 19 salariés « sans papier » qui travaillent -pour certains - depuis 10 ans au sein de l'entreprise et la reconnaissance de leur exposition au plomb et à l’amiante.

 

Soutenus et accompagnés dans leur lutte - dès le premier jour - par la CGT, les salariés de l'entreprise ont réussi à mobiliser largement autour de leur cause, comme en atteste la longue liste des organisations politiques, associatives et syndicales aujourd'hui signataires de l'appel ci-dessous.

 

Le Comité des Citoyens Montreuillois et les membres du groupe Gauche Unie et Citoyenne présents, sur le terrain, depuis le mois de mai notamment avec la présence de Cheick MAMADOU, Président du groupe Gauche Unie et Citoyenne, vous invitent à venir manifester votre soutien aux salariés lors de la soirée de soutien qui aura lieu :

 

 

Mardi 21 octobre 2008 à partir de 19h

 

Salle des fêtes de l'hôtel de ville de Montreuil




Monsieur Grriallet a osé faire ce qu’’il avait dit : "Plutôt que de payer 1 euro à un Noir, je préfère fermer mon entreprise."

Lettre ouverte

Montreuil, le 6 octobre 2008


Nous sommes 21 ouvriers dont 19 sans-papier. Nous avons travaillé dans l’entreprise de démolition Griallet durant 8 ou 10 ans, au risque de notre santé.

Monsieur Griallet, patron voyou, nous exposait au plomb et à l’amiante, méprisant la loi sauf celle du profit.

Cela fait 10 ans, et plus pour certains, que nous travaillons et vivons en France. Notre travail a permis d’édifier des immeubles, utiles à tous. Mais, ni Monsieur Griallet, ni le patronat du bâtiment (démolition, construction), ni le gouvernement n’ont accepté de nous régulariser ou de prendre en charge les soins indispensables du fait de notre exposition au plomb et à l’amiante. Pour défendre nos droits, nous nous sommes organisés à la CGT.

Depuis le 21 mai, nous sommes sans salaire : Monsieur Griallet a préféré suspendre nos contrats, organiser sa faillite plutôt que de nous répondre. La liquidation de son entreprise vient d’être prononcée ainsi que notre licenciement. Pour notre régularisation nous demandons au mandataire, au Préfet et au patronat de rétablir notre droit au travail d’établir d’urgence nos formulaires administratifs de demande de régularisation, sachant que nos salaires et nos indemnités ne seront versés qu’en décembre.

8 mois sans salaire ! C’est long ! Vivre clandestins comme des criminels, être exposés aux rafles et aux arrestations. C’est trop !

Nous voulons le droit au travail, le droit à la santé ! On bosse ici, on vit ici, on reste ici. Régularisation de tous les sans-papier ! 

                                                                   
                                                                       Les «Griallet»

SOUTIEN.. Libellé du chèque, UL CGT de Montreuil, Griallet. 24 rue de Paris. 93100 Montreuil

Nous, citoyennes, citoyens, associations ou organisations de Montreuil soutenons Les « Griallet ».

Premiers signataires : LDH, RESF, CDSP, CGT, Solidaires, PCF, NPA, LCR, PS, Communistes Unitaires, Les Verts, Collectif unitaire pour une alternative à gauche, Montreuil Vraiment, Le Comité des Citoyens


Publié dans Tribune

Commenter cet article