200 000 euros, c'est le montant du lancement de la campagne électorale de D. VOYNET.

Publié le

parisien93.jpg

 

A lire, ce matin, dans l'édition du Parisien Seine-Saint-Denis, l'article "La ville s'offre une agence de com". Et retrouvez, ci-dessous, le communiqué de Gaylord LE CHEQUER.

 

 


 

RGC logoWEB

COMMUNIQUE DE GAYLORD LE CHEQUER

200 000 euros, c’est le montant du lancement

de la campagne électorale de Dominique VOYNET

 

 

Le dossier est passé pratiquement inaperçu lors du dernier conseil municipal de l’année 2012 et pourtant il n’est pas anodin… La Maire a signé un contrat d’environ 200 000 euros, aux frais des Montreuillois, avec une agence de communication chargée de rectifier, par des artifices de communication, l’image et la perception de la politique municipale depuis mars 2008.

 

Comme le révèlent les pièces du marché dont nous nous sommes procurés copie, l’équipe municipale constate, à moins d’un an de la campagne officielle pour les élections municipales, que son action « souffre d’une absence de lisibilité ». Elle entend donc y remédier en développant une vaste campagne destinée à « consolider le positionnement Montreuil ville écologique et sociale ». Pour ce faire, la ville a demandé à une agence de communication d’accompagner la Maire et son cabinet politique afin d’améliorer et de renforcer les effets de communication en direction de la population afin de tenter d’ancrer cette idée dans l’inconscient collectif. La même agence, se voit également confier l’ensemble de la gestion des relations avec la presse, la rédaction des communiqués, l’organisation de conférences de presse, alors que le cabinet de la Maire est déjà doté de compétences internes pour ce faire et que la direction de la communication de la ville dispose d’agents de valeur pour mener ce travail.

 

Autre élément tout à fait intéressant dans le contexte que nous connaissons depuis quelques mois au sein du cinéma municipal Méliès, la Maire a confié à cette même agence l’élaboration de plans de communication de crise et de plans d’actions destinés à régler les situations de tensions. Pour cela, le marché passé par la Maire exige de l’agence retenue qu’elle soit en mesure « d’identifier tous les acteurs de la ville : élus, agents, acteurs associatifs… ». A elle seule, cette mission de communication de crise coûte à la ville 800 € H.T. par jour… Rapportée au nombre de dossiers de crise que connaît la ville et au nombre de jours de conflit dans la seule affaire du Méliès, la facture grimpe à vue d’œil.

 

Il ne nous aura bien évidemment pas échappé que ce contrat, a été signé au mois d’octobre 2012, un peu plus d’un mois avant la tonitruante sortie médiatique de Dominique VOYNET portant accusation de détournement de fonds au Méliès. Ainsi, ce qui aurait simplement dû se régler dans le cadre d’une stricte application du droit du travail ou du droit pénal est devenu une vaste opération de communication ; tant pis si cela passe par casser des agents, tant pis si cela passe par ruiner l’image de notre cinéma.

Il ne nous aura pas non plus échappé que ce contrat fut signé en pleine période préélectorale, avec les deniers du contribuable. Nous attendons, avec délectation, le communiqué de démenti qui sera rédigé par l’agence dans son quota d’heures de mission de conseil en communication de crise…

Publié dans Communiqués de presse

Commenter cet article