Madame LAPORTE, Montreuil n’est pas une ville ghetto, ne votez pas le plan PECRESSE !

Publié le par Gaylord Le Chequer

Madame LAPORTE, Montreuil n’est pas une ville ghetto,  ne votez pas le plan PECRESSE !

Lettre ouverte à Madame Manon LAPORTE, Conseillère Régionale (LR)

Présidente du groupe « Les Républicains » Pacte citoyen pour Montreuil

 

Madame la Conseillère Régionale,

Madame la Présidente,

 

Valérie Pécresse et son vice-président Geoffroy Didier soumettront au vote du conseil régional d'Ile-de-France qui se réunira à partir de demain une délibération visant à ne plus financer les « prêt locatif aidé d'intégration » (PLAI) dans les communes qui comptent plus de 30 % de logements sociaux. Très concrètement, cela voudrait dire supprimer les aides aux seuls logements financièrement accessibles aux familles les plus modestes.

 

Cette mesure, socialement profondément injuste, pénalisante et stigmatisante impacterait directement notre commune en remettant en cause le montage financier des opérations de logements en cours de réflexion et du même coup, leur accessibilité à bon nombre de familles montreuilloises et en particulier les plus modestes.

 

Comme le rappelait notre collègue Stephan BELTRAN lors du débat du 3 février dernier sur le vote du Programme Local de l’Habitat (PLH) du territoire d’Est Ensemble 2016 – 2021, malgré les incitations de plus en plus fortes de l’Etat, notamment à travers la loi Macron, nous ne souhaitons pas abandonner la production de logements à bas loyers et cela afin de contre-balancer les effets de la tension sans cesse croissante du marché du logement aux portes de Paris et pour permettre aux familles les plus modestes d’avoir elles aussi le choix de se maintenir dans notre commune et de ne pas s’éloigner de leurs réseaux familiaux et professionnels. L’équilibre des statuts d’occupation doit être préservé, car il permet une mixité sociale, une richesse sociale, que nous défendons de longue date à Montreuil.


Avec la suppression des aides pour la production de logements très sociaux, le loyer d’un logement de trois pièces de 60m² passerait de 498€/mois en PLAI à 542€/mois en PLUS et 924€/mois en PLS, et même 1 149€/mois en PLI. Avec un SMIC à 1200€ nets/mois, croyez-vous vraiment, madame LAPORTE, que ces logements resteraient accessibles aux familles qui ne vivent que sur un seul salaire ?!.


Au-delà des postures et des dogmes qui semblent inspirer cette mesure de la nouvelle Présidente du Conseil Régional, j’attire votre attention sur les conséquences humaines et sociales concrètes qui en découleraient.

 

S’il était adopté, le plan de Madame PECRESSE- cyniquement appelé « plan anti-ghetto », viendrait donc porter un coup très dur au travail mené afin de répondre aux attentes de 85 % des près de 7 000 demandeurs de logement de notre ville dont le niveau de ressources est largement insuffisant pour accéder à des loyers supérieurs à ceux des PLAI.

 

Madame la Conseillère Régionale, vous dites connaître Montreuil et ses habitants, alors ne votez pas cette mesure !

 

Ne soutenez pas un texte qui stigmatiserait notre ville et ses habitants et qui irait ainsi à l’encontre de la volonté de Montreuil de permettre aux ménages les plus modestes de se maintenir dans notre commune, grâce à la poursuite de la production d’une part de logements sociaux peu chers.

 

Les élu-e-s Front de Gauche et apparenté-e-s de Montreuil seront attentifs à votre vote qui pourrait porter un coup très dur au logement social et nous serons présents au rassemblement du 7 avril devant le siège de la Région avec les représentants de nombreuses collectivités et associations de droit au logement.

 

 

Gaylord LE CHEQUER

Adjoint au Maire de Montreuil délégué à l’aménagement durable, à l’urbanisme

Président du groupe des élu-e-s Front de Gauche et Apparenté-e-s

 

 

Commenter cet article